Thérapie de nutrition Des solutions pour chaque patient

Recherche rapide de produits

Choisir une catégorie ou une sous-catégorie

Êtes-vous un professionnel de santé ?

Cliquez sur oui si vous êtes un professionnel de santé.


Vous êtes un patient, un industriel, ou un journaliste ? Découvrez via notre page d'accueil vos pages dédiées.

Oui Non

B. Braun, votre partenaire en nutrition artificielle

La thérapie nutritionnelle est un soin de support qui doit faire partie de l’arsenal thérapeutique de nombreuses pathologies dans les domaines tels que la chirurgie, l’oncologie, la réanimation...
Elle a pour objectif de maintenir ou d'améliorer l'état nutritionnel des patients, en évitant ou traitant la dénutrition.

L'apport nutritionnel peut être administré par voie orale (compléments nutritionnels oraux) ou par l'intermédiaire d'une sonde gastrique (nutrition entérale) ou, lorsque le tube digestif n’est pas fonctionnel, par voie veineuse (nutrition parentérale).

Le type de nutrition choisi dépendra en grande partie de l’état des patients, de leur pathologie et de leurs besoins ; par exemple, les patients en réanimation ou en soins intensifs auront des besoins nutritionnels différents de ceux qui sont en oncologie.

La nutrition clinique inclut la nutrition orale, la nutrition entérale et la nutrition parentérale

Compléments nutritionnels oraux (CNO)

La complémentation nutritionnelle orale fait partie du traitement médical et doit être proposée précocement, la meilleure indication étant la prévention de la dénutrition. Elle permet, sous un faible volume, un apport en énergie, protéines, vitamines et minéraux, complémentaire à l’alimentation habituelle. Elle est envisagée pour tout patient dénutri et/ou à risque de dénutrition, lorsque l’alimentation orale, adaptée ou non, devient insuffisante.
La complémentation nutritionnelle orale est un acte diététique qui doit être personnalisé en fonction des besoins nutritionnels, des goûts et des possibilités du patient. Elle doit être évaluée et réévaluée régulièrement en termes de respect de la prescription, d’efficacité1

Nutrition entérale (NE)

Qu’il s’agisse de patients médicaux, chirurgicaux ou de patients agressés, la nutrition entérale permet le plus souvent un support nutritionnel de qualité dans des conditions de sécurité optimales et chaque fois que c’est possible, c’est-à-dire lorsque le tube digestif est accessible et fonctionnel, elle doit être préférée à la nutrition parentérale. Le choix de la voie d’abord et du mode d’administration des nutriments sont autant d’éléments qui permettent d’optimiser la nutrition entérale et d’en faire réellement bénéficier le patient.1

Nutrition parentérale (NP)

La nutrition parentérale est exclusive si elle couvre la totalité des besoins du patient ou complémentaire quand elle complète une nutrition orale ou entérale insuffisante. La nutrition parentérale est une solution de dernier recours. La nutrition sur veine périphérique est réservée à l’initiation d’une nutrition parentérale en hospitalisation, avant la mise en place d’une voie veineuse centrale ou à la réalisation d’une nutrition complémentaire inférieure à dix jours et non hypercalorique. Elle n’est pas autorisée pour la nutrition parentérale à domicile. Il existe des contre-indications à la nutrition parentérale. La nutrition parentérale sur cathéter central permet d’apporter des solutions nutritives beaucoup plus concentrées que sur une veine périphérique. Qu’elle soit périphérique ou centrale, la nutrition parentérale peut être administrée de façon continue sur 24 heures ou de façon cyclique au cours du nycthémère.1

Sources
1. Didier Quilliot, et al. Traité de nutrition clinique à tous les âges de la vie. SFNCM. 2016

NUT_20220220_Solution pour chaque patient