Rétention urinaire Aigue ou chronique...

Recherche rapide de produits

Choisir une catégorie ou une sous-catégorie

Qu'est-ce que la rétention urinaire

Qu'est-ce que la rétention urinaire ?

On parle de « troubles urinaires », de « dysurie » ou de « rétention urinaire » lorsqu’une personne est dans l’incapacité d'émettre, en partie ou en totalité, des urines alors qu'elle a la vessie remplie.

La rétention urinaire peut être aiguë (complète) ou chronique (incomplète).

Quelles sont les causes ?

Quelles sont les causes ?

Les rétentions aiguës et chroniques d’urine ont les mêmes étiologies.

Elles peuvent avoir des causes : 

  • urologiques :  pathologies vésicales avec altérations musculaires ou tumeurs, adénome prostatique chez l’homme, tumeur d'origine gynécologique ou pelvienne chez la femme, rétrécissement urétral, calcul de la vessie, fermeture du col vésical, faiblesse du muscle de la vessie…
  • neurologiques avec perturbations ou lésions du système nerveux central ou périphérique : 
            - affections neurologiques (Sclérose en plaques…), 
            - malformations congénitales de la moelle épinière (Spina Bifida…), 
            - traumatismes vertébraux (tétraplégie, paraplégie…),
  • médicamenteuses : atropiniques, neuroleptiques…
  • autres : tumeur rectale, fécalome, suites d’une opération chirurgicale, malformations congénitales de l’appareil urinaire…

Quelles peuvent être les conséquences ?

Quelles peuvent être les conséquences  ?

La rétention urinaire a pour conséquence une  « stase urinaire » car il reste un résidu d'urine, plus ou moins important, qui n’est pas évacué. 
Les substances retenues dans les urines sont susceptibles de constituer un danger pour l'organisme. En effet, elles peuvent être source d'infections et leur volume, généralement important par rapport aux capacités de réserve de la vessie, est un risque pour l'organisme tout entier.

Les personnes atteintes de rétention urinaire risquent :

  • des infections urinaires à répétition pouvant aller jusqu’aux pyélonéphrites (infection du rein)
  • des calculs vésicaux, urétéraux ou rénaux
  • un claquage de vessie par dilatation de celle-ci si elle n’est pas vidangée
  • une insuffisance rénale aiguë par dilatation des reins (reflux des urines depuis la vessie jusqu’aux reins)
  • une incontinence urinaire par regorgement

Que faut-il faire ?

Que faut-il faire ?

Il est très important que l'urine ne reste pas dans la vessie trop longtemps. Pour cela, le sondage urinaire intermittent est la méthode de référence.

En cas de problème, contactez votre médecin.

Sources :
AFU. Fiche info patient autosondage. Novembre 2018. Disponible en ligne.

AFU. Perrouin-Verbe M-A., Phé V. Troubles de la miction de l'adulte et du sujet âgé. Disponible en ligne.

INC_20210205