5 mai : Journée internationale de l'hygiène des mains

Recherche rapide de produits

Choisir une catégorie ou une sous-catégorie

L’hygiène des mains, un geste qui sauve des vies

L’hygiène des mains, appliquée aux moments opportuns, sauve des vies. Cette année, l’OMS axe sa campagne pour l’hygiène des mains sur la prévention des infections associées aux soins. Un moyen de rappeler le rôle important de l’hygiène des mains, pour protéger des vies, dans l’environnement médical et hospitalier.

D’après l’OMS, les infections associées aux soins (IAS) touchent des centaines de millions de patients dans le monde chaque année. En cette époque de résistance aux antimicrobiens, l’hygiène des mains est l’une des méthodes les plus efficaces pour réduire le nombre de ces infections à moindre coût[1].

L’OMS estime qu’une meilleure pratique de l’hygiène des mains pourrait entraîner une diminution de la transmission de pathogènes au cours des soins de 50% et plus[2], et sauver 5 à 8 millions de vies. Pourtant, 61% des professionnels de santé ne pratiquent pas correctement l’hygiène des mains[3].

A l’hôpital, je garde les mains toujours propres

Un patient hospitalisé présente un risque plus élevé de développer des infections, du fait de l’acte chirurgical, mais également qu’il parce qu’il est affaibli par la maladie ou l’opération.

De façon générale, l’hygiène des mains en milieu hospitalier peut avoir de réelles répercutions sur la qualité des soins par la préservation du potentiel immunitaire des patients mais aussi du personnel soignant.

Prenez le temps de regarder ce film très court « La vie est entre nos mains » consacré à Thérèse, Infirmière. 

Ces infections parfois graves, comme l’état septique (infection généralisée), sont à l’origine de prolongements de la durée du séjour en établissement de soins, de coûts importants pour les patients et leurs familles, et pour les systèmes de santé. Elles sont aussi responsables de très nombreux décès[4].

La transmission d’une infection se fait suite au contact avec le patient ou les objets inertes de son environnement immédiat. Il faut savoir que les organismes survivent pendant plusieurs minutes sur les mains. En l’absence d’un lavage de mains approprié (ou d’un agent efficace), la contamination se transmet à un autre individu (patient ou personnel soignant) ou à son environnement.

Quelques secondes pour me protéger et protéger les patients

Le lavage des mains doit se faire en utilisant une solution hydro-alcoolique si les mains ne sont pas visiblement sales. Si les mains sont visiblement sales et après les moments cruciaux (cf liste ci-après), il faut 40 à 60 secondes pour laver correctement le dessus et la paume des mains, les doigts et les ongles.

Le personnel soignant doit appliquer les règles de bonnes pratiques d’hygiène des mains[5] à des moments cruciaux :

  • avant et après le contact direct avec un patient,
  • après avoir retiré les gants, avant chaque geste médical,
  • après tout contact avec des liquides biologiques, des excrétions, des muqueuses, une peau lésée ou un pansement,
  • au moment de passer d’un site contaminé à un site propre sur le corps d’un même patient au cours des soins qui lui sont prodigués,
  • et enfin systématiquement après avoir touché l’environnement d’un patient.

Quelques secondes qui peuvent faire la différence. Quelques secondes qui montrent que la vie est "entre nos mains" !

Pour des mains propres et saines, B. Braun recommande une hygiène des mains en trois temps : lavage, désinfection, hydratation[6].

Chacun peut contribuer à la diminution de la transmission des infections. Par exemple, en pratiquant l’hygiène des mains avant et après la visite d’un proche hospitalisé. Sans oublier les gestes du quotidien : se nettoyer les mains après avoir toussé ou éternué, après avoir touché ses yeux, son nez ou sa bouche, après un passage aux toilettes et enfin avant et après le repas. 

B. Braun sensibilise d’ailleurs ses collaborateurs à l’hygiène des mains. A l’occasion de cette campagne 2018, des boites de contrôle fournies par B. Braun ont été mise à disposition dans les locaux car l’Hygiène des mains, c’est l’affaire de tous ! Tous potentiellement gagnant !

IAS et ISO – Des mains propres font la différence

IAS – Infections Associées aux Soins

Une infection associée aux soins est contractée durant la dispensation de soins. Lorsque cela se produit à l’hôpital, on parle d'infection hospitalière ou infection nosocomiale. D’après l’OMS, 16 millions de patients chaque année dans le monde meurent d’IAS[4].

ISO – Infections sur le Site Opératoire

Les infections du site opératoire font partie des IAS. Ce sont des infections survenant dans les 30 jours qui suivent une intervention chirurgicale, ou dans l’année qui suit la pose d’une prothèse ou une transplantation. D’après l’OMS, sur 313 millions de personnes subissant une opération chirurgicale chaque année dans le monde, jusqu’à 31% d’entre elles contractent une ISO.[7]

[1] A litterature review of MDROs and the relationship with hand hygiene – summary (OMS) : http://www.who.int/gpsc/5may/MDRO_literature-review.pdf?ua=1

[2] Healthcare without avoidable infections. The critical role of infection prevention and control. (OMS 2016) : http://apps.who.int/iris/bitstream/handle/10665/246235/WHO-HIS-SDS-2016.10-eng.pdf;jsessionid=33F6B3AD0E14440466BC2BE18FB83D7E?sequence=1

[3] Save Lives : clean your hands. Wh’os Global Annual Campaign Advocacy Toolkit : http://www.who.int/infection-prevention/campaigns/clean-hands/5may_advocacy-toolkit.pdf?ua=1

[4] Pittet, Didier; « Adapt to adopt:TEDxPlaceDesNations », under https://www.youtube.com/watch?v=5tgH0uTqqcE (accessed at 2 May 2016)

[5] Hygiène des mains, quand et comment. World Alliance for Patient Safety & OMS (Octobre 2006) : http://www.who.int/gpsc/tools/depliant.pdf?ua=1

[6] Hygiène des mains, quand et comment. World Alliance for Patient Safety & OMS (Octobre 2006) : http://www.who.int/gpsc/tools/depliant.pdf?ua=1

[7] B. Braun holistic hand hygiene concept : https://www.bbraun.com/en/stories/when-life-is-in-our-hands.html

[8] Hygiène des mains et parcours d’un patient chirurgical (OMS 2016) : http://www.who.int/gpsc/5may/hh_infographic_A4_FR.pdf?ua=1