troubles de la continence la R&D au service des patients

Recherche rapide de produits

Choisir une catégorie ou une sous-catégorie

Troubles de la continence : la R&D au service des besoins des patients

Concevoir un nouveau produit en urologie repose sur une démarche d’innovation, de recherche et d’amélioration continues. Laura Blocquel et Anthony Prezelin, respectivement chef de projet et technicien dans l’équipe R&D du site B. Braun de Nogent-le-Rotrou (Eure-et-Loir), nous éclairent sur leurs process et leurs apports pour améliorer le quotidien des patients souffrant de troubles de la continence.

Pouvez-vous nous rappeler brièvement les étapes d’élaboration d’un nouveau produit relatif à la continence ou l’incontinence urinaire ?

A.P. Pour refondre une gamme ou en concevoir une nouvelle, trois étapes principales sont nécessaires et incontournables. Le premier temps consiste à observer et identifier les points d’amélioration sur la base des remontées du terrain. Ce temps comprend aussi l’analyse de risque. À titre d’exemple, la stérilité ou l’effet non traumatique du cathéter sont des prérequis indispensables pour tout produit urologique. Nous nous adressons également à des publics hétérogènes (valides, non valides, hommes, femmes…) dont la dextérité est très variable. Puis, dans un second temps, on peut passer à la conception en 3D qui sera suivie par la mise en œuvre de prototypes.  C’est lors de cette phase que sont réalisés des tests laboratoires et cliniques pour vérifier la performance et la sécurité du produit. Enfin, si les essais en conditions réelles sont concluants, on lancera dans un troisième temps l’outillage et la fabrication.

L.B. La particularité de Nogent-le-Rotrou est d’être un site de production. Nous sommes donc en prise directe avec la réalisation de nos produits et nous pouvons nous adapter aux contraintes techniques des machines industrielles.

Quels sont les aspects les plus importants à prendre en compte ?

A.P. Les priorités qui nous guident en termes de fonctionnalités sont essentiellement de deux types : d’une part la sécurité du patient, qui inclut la durabilité et la fiabilité, d’autre part le confort à l’utilisation qui intègre l’ergonomie.

L.B. Pour développer puis produire un nouveau produit, il faut compter environ 5 ans avec 2 à 3 ans de recherche pure. C’est une entreprise de longue haleine qui tend de plus en plus vers l’écoconception tout au long de la chaîne de production avec, notamment l’écodesign avec la réduction du suremballage et l’optimisation du packaging est aussi un levier important. La combinaison de ces deux aspects permet de réduire de plus de 50 % la quantité de déchets produits annuellement par les patients sondés !

Quelle place occupe le Made in France dans votre approche ?

L.B. Nous faisons tout notre possible pour rester compétitifs et maintenir aussi bien la conception que la production au même endroit, qui plus est dans une optique de souveraineté sanitaire renforcée.

Quels sont les projets dont vous êtes les plus fiers et pourquoi ?

A.P. De mon côté, je pense au « mini set », qui est un produit complet avec cathéter et poche. Il est facile à manier par sa taille mais aussi par sa forme et son packaging.

L.B. Un autre exemple pourrait être une solution intravaginale indiquée pour les femmes souffrant de fuites urinaires dues à une incontinence urinaire d’effort pure ou mixte. Dans toutes nos projets, nous essayons d’éviter les traditionnels codes graphiques du médical. Notre défi est de concevoir des dispositifs médicaux à la fois sûrs et fiables, discrets et compacts. Un patient qui se sent mieux au quotidien, et qui nous le dit, est pour nous la plus belle des récompenses. C’est ce qui donne tout son sens à notre travail.

Dernières actualités

  • Troubles de la continence : le soutien émotionnel, la voie de l’acceptation

    Détecter un ou des troubles de la continence, qu’elles qu’en soient les causes, revient à annoncer à un patient qu’il va devoir adhérer à un protocole contraignant, quelquefois à vie. Cela a des répercussions à plusieurs niveaux : contraintes mécaniques, d’hygiène, d’environnement (intimité, vie sociale). Colette Garneau, psychopraticienne, accompagne quotidiennement les patients dans leur processus de deuil et de réparation pour « mieux vivre » une pathologie ou une situation de vie telle que les troubles de la continence.

    Lire la suite
  • Troubles de la continence : l’éducation thérapeutique pour l’autonomie du patient

    Angelina Cannesant est IDE stomathérapeute à l’hôpital Charles-Nicolle du CHU de Rouen depuis bientôt 22 ans. Son activité revêt plusieurs facettes : pour partie elle s’occupe des activités de la consultation urologique (explorations endoscopiques, soins spécifiques en urologie, et consultations d’annonce) tandis qu’elle assure trois jours par semaine les consultations de stomathérapie pour les patients devant bénéficier d’une stomie, principalement urinaire, en pré ou en postopératoire. Avec l’équipe d’infirmiers et d’infirmières du service, elle participe activement à l’éducation thérapeutique à l’auto-sondage urinaire. Rencontre.

    Lire la suite
  • Rétention urinaire : Florian Merrien, pongiste paralympique nous dit tout

    Florian Merrien, pongiste paralympique, répond à nos questions sur la rétention urinaire. Il revient sur son quotidien, le sondage urinaire et nous donne ses conseils pour mieux vivre avec cette pathologie.

    Lire la suite
Téléchargement du contenu...

Une erreur est survenue. Veuillez réessayer.