le saviez-vous ? Infarctus : les femmes aussi

Recherche rapide de produits

Choisir une catégorie ou une sous-catégorie

Le saviez-vous ? Infarctus : les femmes aussi

Les femmes sont (presque) autant exposées au risque d’infarctus du myocarde que les hommes. Elles présentent toutefois quelques spécificités en termes de facteurs de risque, d’âge et de prise en charge. Précisions en compagnie du Dr Géraldine Gibault-Genty, cardiologue clinicienne et coronarographiste du CH de Versailles.

L’infarctus, concrètement, c’est quoi ?

L’infarctus correspond à l’obstruction d’une artère coronaire d’une durée supérieure à 20 minutes. Conséquence du manque d’oxygénation qui en découle : une nécrose des cellules musculaires cardiaques, nécessitant une intervention d’urgence pour rétablir le flux. 

Le saviez-vous ?

1 infarctus sur 3 touche une femme

Contrairement aux idées reçues, les hommes ne sont pas les seules victimes d’infarctus du myocarde : 1/3 des cas se déclarent chez des femmes.

Les facteurs de risques sont similaires à ceux de l’homme…

Les 5 principaux facteurs de risque d’infarctus sont les mêmes pour les deux sexes : tabagisme actif, diabète, hypertension artérielle, hérédité au 1er degré (parent ou fratrie) et hypercholestérolémie. 

…mais connaissent des spécificités

Le tabac augmente plus le risque chez la femme (x3) que chez l’homme (x2). L’explication ? Une possible fragilité supérieure des artères féminines ? D’autres facteurs de risque sont plus spécifiques de la femme, tel le cancer du sein, la dépression, la radiothérapie, le syndrome d’apnée du sommeil, la fibrillation auriculaire, la sédentarité ou encore le syndrome métabolique.

Les femmes sont « protégées » par les hormones avant la ménopause

Les femmes non ménopausées sont moins exposées à l’infarctus que les hommes grâce à leur système hormonal qui produit des œstrogènes cardioprotecteurs. C’est à partir de 50 ans (périménopause et ménopause) que le risque et la progression deviennent similaires à ceux des hommes. 

Mais les infarctus féminins précoces existent

Ils trouvent généralement leur origine dans d’autres facteurs que ceux évoqués plus haut. Il peut s’agir de déchirure artérielle (en particulier durant la grossesse), de stress, de prise de contraceptif oestro-progestatif, d’effort intense…

La prise en charge d’urgence est moins rapide

Alors que les symptômes d’un infarctus sont les mêmes pour les deux sexes (douleur dans la poitrine, irradiation dans les bras, le cou, la mâchoire…), le délai de prise en charge est environ 30 minutes supérieur pour la femme. 

Les séquelles sont plus marquées et le suivi moins adapté

Le retard à la prise en charge favorise les nécroses plus importantes du muscle cardiaque. Si le risque de mortalité est aujourd’hui faible (4%), celui de développer des complications, en particulier une insuffisance ou des troubles cardiaques, reste important.

Autre constat : la prise en charge médicale post-infarctus repose sur des standards adaptés aux hommes, notamment en matière de dosage des traitements. Portée par un nombre croissant de femmes cardiologues, plus sensibilisées à la problématique, une optimisation liée aux spécificités féminines, en particulier physiologiques, est en cours de déploiement.

„Les femmes ont tendance à taire leurs douleurs, à être plus discrètes sur leurs plaintes et à moins s’inquiéter. Cela est notamment dû au manque de connaissance de l’existence réelle de la menace, par les femmes elles-mêmes comme par leurs compagnons. En cas de doute, le premier réflexe est de composer immédiatement le 15 (SAMU). “

– Dr Géraldine Gibault-Genty

Dernières actualités

  • Troubles de la continence : la R&D au service des besoins des patients

    Concevoir un nouveau produit en urologie repose sur une démarche d’innovation, de recherche et d’amélioration continues. Laura Blocquel et Anthony Prezelin, respectivement chef de projet et technicien dans l’équipe R&D du site B. Braun de Nogent-le-Rotrou (Eure-et-Loir), nous éclairent sur leurs process et leurs apports pour améliorer le quotidien des patients souffrant de troubles de la continence.

    Lire la suite
  • Rétention urinaire traitement : les solutions évoquées par Jean-Nicolas Cornu chirurgien urologue

    Jean-Nicolas Cornu, chirurgien urologue au CHU de Rouen répond à nos questions autour des solutions et traitements pour la rétention urinaire. Il donne son avis sur les différents dispositifs médicaux et les perspectives de développement.

    Lire la suite
  • Troubles de la continence : le soutien émotionnel, la voie de l’acceptation

    Détecter un ou des troubles de la continence, qu’elles qu’en soient les causes, revient à annoncer à un patient qu’il va devoir adhérer à un protocole contraignant, quelquefois à vie. Cela a des répercussions à plusieurs niveaux : contraintes mécaniques, d’hygiène, d’environnement (intimité, vie sociale). Colette Garneau, psychopraticienne, accompagne quotidiennement les patients dans leur processus de deuil et de réparation pour « mieux vivre » une pathologie ou une situation de vie telle que les troubles de la continence.

    Lire la suite
Téléchargement du contenu...

Une erreur est survenue. Veuillez réessayer.