XPERIENCE DAYS 2021 - EPISODE 5 Hôpital durable

Recherche rapide de produits

Choisir une catégorie ou une sous-catégorie

Xperience Days 2021, 5e épisode – La crise a-t-elle accéléré la transition vers un « Hôpital durable » ?

À travers une série de web conférences plurithématiques, les Xperience days 2020-2021 invitent à repenser le système de santé dans un contexte bouleversé par la crise sanitaire. Cette 5ème session a porté sur les évolutions de l’hôpital en matière de RSE, entre nouvelles pratiques écoresponsables, valorisation des déchets et mobilisation collective. Aperçu.

Please enable marketing cookies to enable Youtube Video

#Xpdays2021

Et si la crise sanitaire avait été une bonne chose ? Une bonne chose en termes d’engagement RSE des établissements de santé qui ont eu à cœur d’apporter des réponses efficientes aux problématiques de développement durable mises en exergue par le contexte « hors normes ». « En 18 mois, les acheteurs hospitaliers ont énormément fait progresser leurs pratiques afin de répondre aux enjeux de souveraineté sanitaire mis en exergue par la pandémie, explique Eric Tabouelle, Président d’Helpévia et Vice-Président du CLAPS (Club des Acheteurs des Produits de Santé).

Ils se sont, d’une part, recentrés sur des fournisseurs de proximité, idéalement français ou européens, pour pallier aux risques d’approvisionnement complexe. En parallèle, ils ont intégré un nouvel axe dans l’évaluation de l’offre fournisseur : les aspects RSE. » Respect des droits de l’homme, de l’environnement, des bonnes pratiques des affaires… de très nombreux aspects peuvent désormais être pris en compte par les établissements de santé pour qualifier une offre d’achat toujours plus responsable. Une approche tournée vers le développement durable, qui a pris une ampleur chiffrée sur les 18 derniers mois : + 8 % d’adhérents d’Helpévia se disent concernés par les problématiques écoresponsables (47 % vs 39 %) et + 15 % vis-à-vis des produits de santé (50 % vs 35 %), selon une enquête menée par la société.

Le vertueux au service des déchets

La gestion des déchets a marqué un autre pan de l’engagement écoresponsable des hôpitaux et des cliniques. « Confrontés à l’inconnu viral, nous avons tous appliqué des mesures de protection extrêmes au départ, notamment pour rassurer les personnels », révèle Nolwenn Febvre, infirmière anesthésiste au CHU de Rennes et Présidente et co-fondatrice de l’association « Les P’tits Doudous ». Des mesures qui se sont soldées par une augmentation massive des DASRI (Déchets d'Activités de Soins à Risques Infectieux) : + 10 % en moyenne, avec des pics à + 50 %. 

„Ce retour en arrière et la baisse de qualité du tri nous ont inquiétés, mais heureusement ils n’ont été que passagers. Une meilleure connaissance du risque et des protocoles adaptés a rapidement permis de sortir du « tout DASRI » et de replacer un tri efficace au cœur des habitudes des personnels hospitaliers, concernés par l’écologie même en temps de crise“

– apprécie la présidente de l’association qui finance le don de doudous aux enfants hospitalisés par le recyclage de matériaux de bloc opératoire à usage unique.

De l’avis de tous, la valorisation des déchets reste un secteur important à travailler, en collaboration avec les industriels de façon à offrir des réponses pertinentes aux enjeux environnementaux. 

Avenir durable et collaboratif

« L’hôpital durable est un hôpital d’avenir ». La maxime de Nolwenn Febvre souligne la place à donner désormais aux politiques RSE appliquées à la santé. Mais, au-delà des mots, c’est bien la mobilisation collective qui assurera de franchir un col dont l’ascension fut entamée avec la COVID-19.

„ Il y a un travail important de sensibilisation et d’information des équipes. Nous devons faire de la pédagogie à intervalles réguliers, pour que les bonnes pratiques s’ancrent dans les habitudes au quotidien. Et les établissements ont tout intérêt à promouvoir l’écoresponsabilité, source d’économies indirectes via des cycles vertueux réduisant les dépenses. Et si les établissements publics sont soumis à un code des marchés limitant leurs latitudes, rien ne les empêche d’affiner leurs appels d’offre. À Bézier, nous mettons par exemple l’accent sur l’emploi de personnes en insertion sociale sur nos chantiers ou le bio pour la restauration. Nous avons de fait un souci permanent d’identifier les indicateurs correspondant à notre nouveau projet d’établissement, résolument orienté sur le développement durable aux niveaux environnemental et sociétal comme économique, pour faire entrer notre hôpital dans le soin de demain.“

– Carole Gleyzes, Directrice des finances, des achats, de la Logistique, du Biomédical et de la Communication au Centre Hospitalier de Béziers.

La clé pour s’assurer d’une collaboration durable de l’ensemble des acteurs au service d’une transition efficiente des établissements sanitaires ? « Donner du sens, de la valeur et s’assurer de la réciprocité de toutes les parties prenantes de la RSE. La démarche durable doit être vertueuse, et donc profitable, pour tous », conclut Eric Tabouelle.

Dernières actualités

  • B. Braun présente sa stratégie RSE à horizon 2023 et créée un programme d’actions pour la santé globale

    B. Braun présente sa stratégie RSE dont l’ambition est de continuer à faire d’elle une entreprise de santé citoyenne et responsable, capable de concilier pérennité économique et performance sociale, sociétale et environnementale. Son socle est constitué d’une charte de 4 piliers et 7 engagements, des objectifs chiffrés clairs, afin de préserver et d’améliorer durablement la santé de tous. Parmi les projets, B. Braun créée en France un tout nouveau programme : « AGIR pour la Santé Globale », qui combinera des actions dans les domaines du sport, de l’éducation et de l’environnement.

    Lire la suite
  • Troubles de la continence : la R&D au service des besoins des patients

    Concevoir un nouveau produit en urologie repose sur une démarche d’innovation, de recherche et d’amélioration continues. Laura Blocquel et Anthony Prezelin, respectivement chef de projet et technicien dans l’équipe R&D du site B. Braun de Nogent-le-Rotrou (Eure-et-Loir), nous éclairent sur leurs process et leurs apports pour améliorer le quotidien des patients souffrant de troubles de la continence.

    Lire la suite
  • Rétention urinaire traitement : les solutions évoquées par Jean-Nicolas Cornu chirurgien urologue

    Jean-Nicolas Cornu, chirurgien urologue au CHU de Rouen répond à nos questions autour des solutions et traitements pour la rétention urinaire. Il donne son avis sur les différents dispositifs médicaux et les perspectives de développement.

    Lire la suite
  • Troubles de la continence : le soutien émotionnel, la voie de l’acceptation

    Détecter un ou des troubles de la continence, qu’elles qu’en soient les causes, revient à annoncer à un patient qu’il va devoir adhérer à un protocole contraignant, quelquefois à vie. Cela a des répercussions à plusieurs niveaux : contraintes mécaniques, d’hygiène, d’environnement (intimité, vie sociale). Colette Garneau, psychopraticienne, accompagne quotidiennement les patients dans leur processus de deuil et de réparation pour « mieux vivre » une pathologie ou une situation de vie telle que les troubles de la continence.

    Lire la suite
  • Troubles de la continence : l’éducation thérapeutique pour l’autonomie du patient

    Angelina Cannesant est IDE stomathérapeute à l’hôpital Charles-Nicolle du CHU de Rouen depuis bientôt 22 ans. Son activité revêt plusieurs facettes : pour partie elle s’occupe des activités de la consultation urologique (explorations endoscopiques, soins spécifiques en urologie, et consultations d’annonce) tandis qu’elle assure trois jours par semaine les consultations de stomathérapie pour les patients devant bénéficier d’une stomie, principalement urinaire, en pré ou en postopératoire. Avec l’équipe d’infirmiers et d’infirmières du service, elle participe activement à l’éducation thérapeutique à l’auto-sondage urinaire. Rencontre.

    Lire la suite
Téléchargement du contenu...

Une erreur est survenue. Veuillez réessayer.