Xperience Days 2021 - episode 4 Hôpital et Numérique

Recherche rapide de produits

Choisir une catégorie ou une sous-catégorie

Xperience Days, 4e épisode - Hôpital et numérique : La crise est-elle un accélérateur de transformation digitale ?

À travers les “Xperience Days”, B. Braun invite à repenser le système de santé dans un contexte bouleversé par la crise sanitaire. La première webconférence de 2021 a porté sur la transformation digitale de l’hôpital, entre déploiement de solutions interopérables, pilotage gouvernemental et appropriation des outils par les soignants et les patients. Aperçu.

Please enable marketing cookies to enable Youtube Video

Réseaux virtuels, big data, intelligence artificielle… Le domaine du numérique appliqué à l’hôpital est vaste et fluctuant. 

„Pour simplifier, on peut considérer qu’il s’agit de l’ensemble des outils et des systèmes communicants susceptibles de faciliter le décloisonnement des pratiques et l’échange d’informations, en gardant à l’esprit que la finalité de la digitalisation de l’hôpital est et restera l’humain. Les années 2020 ouvrent à cet égard une nouvelle dimension, avec une appropriation renforcée des solutions numériques par les patients, de façon à devenir toujours plus acteurs de leur prise en charge. “

– Chanfi Maoulida, fondateur du site Hôpital Web 2.0, membre du Club Digital Santé et Chief Digital Officer au Service de santé des Armées

Une ambition concrétisée dès l’an prochain par la mise à disposition pour tous les citoyens français de leur espace numérique en santé, véritable boîte à outils sécurisée personnalisée et régulièrement enrichie pour fluidifier le parcours de soins et les interactions soignants-soignés. 

Hôpital : rapide à s’adapter, plus lent à évoluer

L’évolution du système sanitaire national se traduit par une remise en question des acteurs de l’hôpital, stimulée par la crise. 

„De fait, les soignants comme le personnel non médical ont déployé une formidable énergie et démontré une grande capacité d’adaptation face à la pandémie, avec un changement complet de la façon de fonctionner, qui intègre désormais pleinement les solutions numériques… pour peu que ces dernières répondent réellement à des fonctions d’usage du quotidien.“

– David Brossier, Maître de conférence et Praticien Hospitalier au service de réanimation pédiatrique du CHU de Caen

Car apporter une réponse concrète aux besoins du terrain reste un préalable indispensable à une bonne intégration des dispositifs numériques. Avec en toile de fond une problématique récurrente : le manque d’interopérabilité logicielle. 

„La faute à 15 années d’errance informatique, qui ont vu les établissements, parfois même les services, s’équiper "au fil de l’eau" sans vision globale ni concertation.“

– Dominique Pon, Directeur Général de la Clinique Pasteur à Toulouse et Responsable Ministériel du Numérique en Santé

Un manque de pragmatisme qui s’explique en partie par l’absence de référentiels mis à dispositions par les autorités de santé, qui n’ont pas su impulser de dynamique collective… jusqu’à ces dernières années.

Partir des fondations pour uniformiser le numérique en santé

Pouvoirs publics, hospitaliers, libéraux… tout le monde reconnaît désormais l’importance de déployer des systèmes communicants interopérables. Une prise de conscience et une mobilisation accélérées par la crise sanitaire, mais qui demandent de la patience pour progresser pas à pas. « La feuille de route 2022 du Gouvernement cadre à cet égard les enjeux et les objectifs pour réussir la transformation digitale de notre système de santé. Nous sommes aujourd’hui attelés à tracer des routes, bâtir des ponts et structurer des réseaux pour relier entre eux les éléments disparates préexistants, aux allures de "bidonville" digital. Une tâche fastidieuse, parfois pénible à supporter pour les soignants et les établissements, mais indispensable pour construire notre santé 2.0 sur des bases solides et non du sable », précise le Responsable Ministériel du Numérique en Santé. Deux milliards d’euros ont été alloués après le Ségur de la santé, pour accompagner chacune des étapes qui mèneront non seulement l’hôpital, mais tout le système de santé, vers une cohérence digitale. . 

Rendez-vous en juin pour le prochain épisode sur le thème de l'Hôpital Durable.

Référence
1) Drees, Études et résultats N°1162, 23/09/2020 mis à jour le 21/12/2020, accessible sur :
https://drees.solidarites-sante.gouv.fr/publications/etudes-et-resultats/trois-medecins-generalistes-sur-quatre-ont-mis-en-place-la

Dernières actualités

  • Troubles de la continence : la R&D au service des besoins des patients

    Concevoir un nouveau produit en urologie repose sur une démarche d’innovation, de recherche et d’amélioration continues. Laura Blocquel et Anthony Prezelin, respectivement chef de projet et technicien dans l’équipe R&D du site B. Braun de Nogent-le-Rotrou (Eure-et-Loir), nous éclairent sur leurs process et leurs apports pour améliorer le quotidien des patients souffrant de troubles de la continence.

    Lire la suite
  • Rétention urinaire traitement : les solutions évoquées par Jean-Nicolas Cornu chirurgien urologue

    Jean-Nicolas Cornu, chirurgien urologue au CHU de Rouen répond à nos questions autour des solutions et traitements pour la rétention urinaire. Il donne son avis sur les différents dispositifs médicaux et les perspectives de développement.

    Lire la suite
  • Troubles de la continence : le soutien émotionnel, la voie de l’acceptation

    Détecter un ou des troubles de la continence, qu’elles qu’en soient les causes, revient à annoncer à un patient qu’il va devoir adhérer à un protocole contraignant, quelquefois à vie. Cela a des répercussions à plusieurs niveaux : contraintes mécaniques, d’hygiène, d’environnement (intimité, vie sociale). Colette Garneau, psychopraticienne, accompagne quotidiennement les patients dans leur processus de deuil et de réparation pour « mieux vivre » une pathologie ou une situation de vie telle que les troubles de la continence.

    Lire la suite
  • Troubles de la continence : l’éducation thérapeutique pour l’autonomie du patient

    Angelina Cannesant est IDE stomathérapeute à l’hôpital Charles-Nicolle du CHU de Rouen depuis bientôt 22 ans. Son activité revêt plusieurs facettes : pour partie elle s’occupe des activités de la consultation urologique (explorations endoscopiques, soins spécifiques en urologie, et consultations d’annonce) tandis qu’elle assure trois jours par semaine les consultations de stomathérapie pour les patients devant bénéficier d’une stomie, principalement urinaire, en pré ou en postopératoire. Avec l’équipe d’infirmiers et d’infirmières du service, elle participe activement à l’éducation thérapeutique à l’auto-sondage urinaire. Rencontre.

    Lire la suite
  • Rétention urinaire : Florian Merrien, pongiste paralympique nous dit tout

    Florian Merrien, pongiste paralympique, répond à nos questions sur la rétention urinaire. Il revient sur son quotidien, le sondage urinaire et nous donne ses conseils pour mieux vivre avec cette pathologie.

    Lire la suite
Téléchargement du contenu...

Une erreur est survenue. Veuillez réessayer.