IDEL et Digital Comment accompagner les évolutions du métier

Recherche rapide de produits

Choisir une catégorie ou une sous-catégorie

Infirmier diplômé d’Etat libéral (IDEL) et digital : comment accompagner les évolutions du métier

Daniel Jollivet est un infirmier diplômé d’Etat qui exerce en tant qu’infirmier libéral dans la région de Toulouse depuis plus de 30 ans. Il est aujourd’hui à la tête d’un centre de cicatrisation, véritable « maison de santé », dans lequel il exerce avec plusieurs partenaires soignants, médecins et infirmiers. En 30 ans, Daniel a pu voir le métier d’IDEL grandement évoluer. Il revient aujourd’hui sur cette transformation, en particulier sur les dernières années qui ont vu apparaître le numérique et le digital.

„Aujourd’hui, les IDE sont amenés à réaliser de plus en plus de nouveaux actes jusque-là réservés à l’hôpital ou aux médecins […] et ce type d’exercice demande un support technologique pour être performant. […] Il est évident que le digital et le numérique peuvent aider les soignants dans l’exercice de leurs métiers.“

– Daniel Jollivet, infirmier diplômé d'Etat

Daniel, pouvez-vous vous présenter ? Quel est votre quotidien ?

J’exerce le métier d’infirmier libéral depuis plus de 30 ans. Aujourd’hui, je travaille au sein d’un centre de cicatrisation que j’ai co-créé avec des partenaires soignants, eux aussi libéraux. Il s’agit d’une structure assez proche des maisons de santé, mais avec une expertise sur le traitement des plaies. J’ai en effet suivi différents diplômes universitaires (DU) au cours de ma carrière, notamment  en soins palliatifs et un autre sur les plaies chroniques. Via notre structure, nous sommes amenés à rencontrer les patients qui viennent au centre, mais nous nous déplaçons également, notamment en EHPAD, ou au domicile des patients. Ce centre de cicatrisation, c’est un projet qui s’est étiré sur une quinzaine d’années, qui n’a pas été simple à mettre en œuvre, mais notre structure est en place depuis plusieurs années maintenant. Il s’agit du premier centre de cicatrisation libéral de la grande région Occitanie et nous sommes fiers de pouvoir aujourd’hui travailler différemment avec les médecins en apportant notre expertise notamment sur le choix des pansements. Et les résultats sont là, puisque nous voyons aujourd’hui 1200 plaies par an, alors qu’on en voyait 200 en 2014 !

Quelles évolutions avez-vous vu dans l’exercice de votre métier d’IDEL ?

C’est effectivement un métier qui a beaucoup changé ! Surtout dernièrement. Sur les 10 dernières années, j’ai fait beaucoup de nouvelles choses que je n’avais jamais faites avant. 

Au tout début de ma carrière, et pendant une quinzaine d’années, avant de me spécialiser sur certaines prises en charge, je réalisais les missions assez « classiques » de tout IDEL de l’époque. Une tournée type consistait à voir une dizaine de patients pour des prises de sang, quelques patients sur du« nursing » (toilettes et autres soins d’hygiène), 3 à 4 patients diabétiques et environ 5 patients pour des pansements lourds. Je réalisais aussi quelques actes d’injection (essentiellement pour des douleurs liées à de l’arthrose, des cures de magnésium, ou des antibiotiques par voie intramusculaire ou intraveineuse).

Mais avec l’évolution des nomenclatures des actes infirmiers, les pratiques ont beaucoup évoluées. Aujourd’hui, les IDE sont amenés à réaliser de plus en plus de nouveaux actes jusque-là réservés à l’hôpital ou aux médecins ; et parallèlement, ils sont donc amenés à prendre en charge des patients de plus en plus lourds, en sortie d’hôpital. Je pense qu’il est essentiel aujourd’hui pour les IDEL aujourd’hui de pouvoir s’adapter et de se former, car les patients sont de plus en plus exigeants face aux soignants Je remarque également qu’il existe de moins en moins de cabinet individuel, les IDELS se regroupent et ce type d’exercice demande un support technologique pour être performant. Surtout quand notre activité se diversifie de plus en plus !

L’aspect formation des soignants et l’éducation thérapeutique des patients (ETP) est également devenu un enjeu majeur pour tout établissement de soins. Dans notre centre, nous avons mis beaucoup d’efforts et de ressources dans l’élaboration des formations sur le traitement des plaies à destinations des soignants en établissements de santé, et au développement de l’ETP, chose qui était très peu développée il y a 30 ans.

Et quelle est la place du digital dans ce paysage ? Est-ce que vous vous en servez dans votre quotidien ? Comment le digital pourrait aider les IDEL dans l’exercice de leur fonction ?

Il est évident que le digital et le numérique peuvent aider les soignants dans l’exercice de leurs métiers. Déjà, on y trouve un rôle d’accès à l’information et de formation : au sein de notre centre de cicatrisation, nous sommes en pleine réflexion sur le développement de notre site internet pour pouvoir présenter nos approches, notre offre de formation, etc. Nous avons également de grandes attentes concernant le Dossier Médical Partagé (DMP) qui ne pourra que favoriser le partage d’informations entre professionnels de santé, ce qui optimisera la prise en charge pluridisciplinaire des patients. Il est important pour tous les professionnels de santé intervenant dans le parcours de soins d’un patient, de disposer des mêmes outils, permettant une facilité de communication mais aussi une sécurisation des données de santé.

Mais le digital peut offrir bien plus que cela et nous y travaillons déjà depuis un moment. Je travaille régulièrement avec un médecin  en télémédecine, qui nous a permis de mettre en place un nouveau type de consultation, de façon assez pionnière et innovante dans la région. Je me rends ainsi parfois au domicile de mes patients, équipé de lunettes connectées, afin d’avoir les mains libres pour pouvoir réaliser un pansement, tout en étant connecté et pouvoir échanger avec l’angiologue à distance.

Il reste encore beaucoup de chemin à parcourir, et l’intelligence artificielle aura un rôle majeur à jouer, par exemple en traitement des plaies, dans la reconnaissance des plaies et la proposition de conseils personnalisés.

Tout outil, notamment digital, qui saura aider les soignants à gagner du temps, est le bienvenu !

APP'IDE : la boîte à outil digitale B. Braun pour les IDEL

Découvrez App’IDE, l'application mobile dédiée aux infirmiers libéraux proposée par B. Braun, qui regroupe un ensemble d’outils pratiques sur 5 aires thérapeutiques. Calculatrice, mémos, convertisseur de débit ou encore échelle de la douleur, tous ces outils sont accessibles à tout moment depuis votre smartphone. 

Retrouvez App'IDE en téléchargement

Dernières actualités

  • « Oser parler stomie » : à digitalisation forcée, journée réussie

    L’organisation de la première Journée Nationale de la Stomie par l’Union des Stomisés du Grand Sud semblait compromise par les incertitudes liées à la Covid-19. Totalement repensé et dématérialisé, l’événement s’est in fine révélé source d’ouverture et d’enrichissement pour l’agenda projets de l’Union. Explications en compagnie de Myriam Teyssié, sa présidente.

    Lire la suite
  • Avec les Xperience Days en digital, B. Braun invite à repenser le système de soins après la crise #Xpdays2020

    B. Braun, premier employeur du dispositif médical en France, annonce le lancement des "Xperience Days" 2020, un cycle de cinq web conférences dédiées à l’après COVID-19. Comment repenser le rôle d’un industriel des technologies médicales et ses interactions avec les établissements de soins ? Comment tirer les leçons de la crise pour élaborer ensemble un système de santé plus fort, dans la gestion de l’urgence comme des soins chroniques ? Acteur de cette transformation et en accord avec son credo “Sharing Expertise”, B. Braun lance un dialogue ouvert et constructif avec ses parties prenantes. Rendez-vous à partir du 24 septembre puis une fois par mois.

    Lire la suite
  • B. Braun, acteur d’excellence dans la production de dialyseurs en Europe

    FiFa, la plus récente des trois usines de B. Braun dédiées à la production de dialyseurs et implantée à Wilsdruff (Allemagne), produit un dialyseur par seconde (1). L’entreprise a investi plus de 100 millions d’euros pour créer ce site de production, conçu comme l’un des plus modernes en Europe (2), et doubler sa capacité de production.

    Lire la suite
  • Hack’à Fond : Des applis pour les jeunes patients

    Le Hackathon de la Fondation d’entreprise B. Braun va bientôt fêter ses trois ans. Durant cette première édition, l’équipe de l’AFA, composée de Jade Lin, Asmaa El Atmani et Philippe Larronde-Larretche est arrivée première pour son projet d’application, GO MICI.

    Lire la suite
  • Dénutrition : les recommandations en temps de COVID-19 et après

    La pandémie de COVID-19 reste au cœur des préoccupations des professionnels de santé, même en période de déconfinement.

    Lire la suite
Téléchargement du contenu...

Une erreur est survenue. Veuillez réessayer.