Qu'est-ce qu'un patient diva ?

Recherche rapide de produits

Choisir une catégorie ou une sous-catégorie

Le saviez-vous : qu’est-ce qu’un patient DIVA ?

Certains patients qui doivent recevoir un traitement par perfusion intraveineuse ont des veines difficiles d’accès. Techniquement, on les appelle des patients DIVA (« Difficult Intravenous Access Scale »). Non en raison de leur caractère, mais pour exprimer cet accès veineux difficile (AVD en français). Trois points clés pour leur prise en charge.

Un grand nombre de personnes concernées

Présenter un accès veineux difficile n’est pas aussi rare qu’on peut le penser. On estime que 50% des personnes admises à l’hôpital ont besoin d’un cathéter intraveineux périphérique (CVP) - pour recevoir un traitement ou du glucose par exemple. Parmi elles, jusqu’à 35% des adultes et jusqu’à 50% des enfants est un patient DIVA1. De plus, le nombre de patients concernés tend à augmenter chaque année, en lien avec le vieillissement de la population et la progression du surpoids2.

Des répercussions sur les patients, mais pas seulement

Les CVP sont majoritairement utilisés lorsqu’un patient a besoin d’être perfusé sur une courte durée3. Mais lorsque son accès veineux est compliqué, il arrive d’utiliser un cathéter veineux central (CVC) ou un cathéter central à insertion périphérique (PICC), en principe réservés à des perfusions plus prolongées. Les procédures de pose sont plus longues et peuvent générer des complications4. Avec des répercussions sur les patients, mais aussi sur les soignants et les établissements.

Quelles répercussions ?

Pour le patient

Confronté à un DIVA, le soignant peut être amené à multiplier les tentatives d’insertion du cathéter, ce qui est inconfortable voire douloureux pour le patient. Il peut aussi être amené à recourir à des procédures plus complexes, plus invasives et générant des hospitalisations plus longues5.

Pour le soignant

Des contraintes pèsent également sur le soignant qui doit rechercher des veines plus profondes. Un accès veineux difficile peut rendre la procédure jusqu’à 12 fois plus longue qu’en présence d’un accès veineux classique6. C’est donc un exercice délicat qui peut être une source de stress pour le soignant.

Pour l'hôpital

Pour l’établissement, la prise en charge inappropriée d’un patient DIVA peut avoir un impact en termes d’efficience et de réputation à cause des complications liées. Les conséquences sont aussi économiques et organisationnelles : multiples tentatives, utilisation de plusieurs cathéters, matériel plus onéreux et plus complexe à poser... 

Un problème qui ne peut rester sans solution

Perte de qualité des soins, de temps, coûts supplémentaires… Les DIVA ne doivent pourtant pas être accusés de tous les maux car des moyens existent pour optimiser leur prise en charge. Le choix des dispositifs appropriés joue un rôle dans l’accès aux veines difficiles. L’utilisation d’un échographe et d’un cathéter plus long est aussi susceptible de guider le soignant, rendre la veine et le cathéter plus visibles et ainsi accroître le taux de réussite lors de la pose.

La formation des soignants et l’information des patients sont également des facteurs d’amélioration très importants. Avec une première étape simple : l’identification de ces patients grâce à l’échelle A-DIVA7.

[1] Whalen M, Maliszewski B, Baptiste D-L. Establishing a dedicated difficult vascular access team in the emergency department: a needs assessment. J Infus Nurs. 2017;40(3):149–154
[2] https://www.cdc.gov/obesity/data/prevalence-maps.html
[3] Vascular Access Devices Market Analysis, Size, Trends. MedSuite. 2018
[4] V Vidal, C Muller, A Jacquier, R Giorgi, T Le Corroller, JY Gaubert, P Champsaur, JM Bartoli, G Moulin. Évaluation prospective des complications des PICCs. JR. 2008 ;89(4):495-498
[5] Rodriguez-Calero MA, et al. Risk factors for difficult peripheral venous cannulation in hospitalized patients. BMJ Open 2018;8
[6] Emergency Nursing Resource: Difficult Intravenous Access; Crowley M., Brim C., Proehl J., Barnason S., Leviner S., Lindauer C., Naccarato M., (...), Papa A. (2012) Journal of Emergency Nursing, 38 (4) , pp. 335-343. Available: https://www.jenonline.org/article/S0099- 1767(12)00226-7/pdf
[7] Van Loon FH, Puijn LA, Houterman S, Bouwman AR. Development of the A-DIVA Scale : A Clinical Predictive Scale to Identify Difficult Intravenous Access in Adult Patients Based on Clinical Observations. Medicine (Baltimore). 2016

Découvrez tous les articles

  • 110 ans d’innovations : la suture ne perd pas le fil !

    Inséparable des progrès de la chirurgie, la suture est la combinaison fil-aiguille qui permet de rapprocher les berges d’une plaie. Née en Egypte il y a 4 000 ans, elle est entrée dans l’ère industrielle grâce à B. Braun il y a 110 ans. Depuis, le fil chirurgical n’a cessé de se réinventer pour répondre aux besoins des patients et des chirurgiens, comme l’explique Olivier Sellal, responsable de la pharmacie centrale du CHU de Nantes.

    Lire la suite
  • [Avis d'expert] L’industrie, une chance pour les territoires de France et d’Europe (l'Usine Nouvelle)

    Retrouvez la tribune d'opinion dans l'Usine Nouvelle du Dr. Marc-Alexander Burmeister, président de B. Braun en France, à propos de l'attractivité française en terme d'investissements industriels.

    Lire la suite
  • Orthopédie : dans les coulisses de l’innovation “made in France”

    En Haute-Marne et dans l’Isère, B. Braun développe sous la marque Aesculap® des solutions pour la chirurgie orthopédique de demain : implants de genou, instruments de pose et systèmes de navigation 3D. Visite guidée des coulisses de l'innovation "made in France"

    Lire la suite
  • Automatiser la perfusion pour sécuriser les soins intensifs

    Incontournable en urgences vétérinaires, la perfusion automatisée allie sécurité, précision et simplicité d’emploi. Ses performances participent à sa démocratisation et à sa diffusion aux autres champs d’une médecine vétérinaire toujours plus proche de son homologue humaine. Précisions sur fond de présentation du SIAMU de VetAgro Sup, Campus vétérinaire, en compagnie des docteurs Céline Pouzot-Nevoret et Isabelle Goy-Thollot, responsables de la structure.

    Lire la suite
  • 10 questions sur… La rétention urinaire

    Quand on parle troubles de la continence, on pense souvent incontinence et fuites, et moins rétention urinaire. Alors que les urologues de France se réunissent au congrès de l’Association française d’urologie du 20 au 23 novembre, quels sont les enjeux liés à ce trouble tout aussi tabou et gênant, comment bien vivre avec ? La réponse en 10 questions.

    Lire la suite
Téléchargement du contenu...

Une erreur est survenue. Veuillez réessayer.