2ème édition de la Digital Week sur le campus B. Braun

Recherche rapide de produits

Choisir une catégorie ou une sous-catégorie

2ème édition de la « Digital Week » sur le Campus B. Braun

En accord avec sa stratégie numérique, B. Braun organise chaque année la Digital Week, une semaine dédiée à la sensibilisation des collaborateurs aux innovations digitales et aux nouvelles technologies du secteur de la santé. Cette année, focus sur l’empowerment des patients grâce au digital.

Une seconde édition concentrée sur les patients 

Lors de sa première édition, la Digital Week s’est concentrée essentiellement sur les innovations numériques prenant place dans l’amélioration du système de soins, à l’hôpital ou dans l’industrie 4.0. Pour cette seconde édition, les collaborateurs avaient exprimé la volonté d’avoir des retours patients, afin de comprendre comment le digital pouvait les aider dans leur quotidien.

La Digital Week saison 2 s’est donc concentrée sur l’empowerment des patients, ou comment les patients reprennent le contrôle sur leur pathologie grâce au digital. 

3 conférences, 3 points de vue différents 

Pour témoigner sur cette thématique, B. Braun a accueilli plusieurs intervenants, qui ont permis aux collaborateurs de mieux comprendre le rôle du digital dans leur vie :

Julie Meunier, entrepreneuse positive et engagée, a lancé sa marque de franges à turbans après avoir elle-même combattu un cancer du sein et subi les effets secondaires de sa chimiothérapie, en particulier la perte de ses cheveux. Elle est intervenue à la Digital Week pour nous raconter son parcours, son challenge de lancer sa marque quand elle a été en rémission d’un cancer - une épreuve émotionnelle et administrative, et le rôle du digital dans son expérience. Pour elle, le digital lui a permis de rassembler une communauté de « sœurs de combat », et reprendre le contrôle de sa vie :

„Selon mon expérience, le digital ne nous éloigne pas mais nous rassemble autour d’un objectif commun : pour moi, c’est le combat contre le cancer et pour garder le contrôle de notre quotidien !“

– Julie Meunier

Alain Olympie, directeur de l’Afa Crohn RCH France, a parlé de l’accompagnement des patients atteints de MICI, ainsi que de leur entourage grâce aux progrès numériques : suivi patients, conseils personnalisés, reconnaissance de symptômes ou tout simplement un appui émotionnel… selon lui, le digital humanise !

Dans le cas de l’association, la plateforme MICI Connect permet de garder le contact avec les patients et de les conseiller tout le long de leur parcours de soin. L’association travaille également avec l’équipe gagnante du Hackaton de la Fondation d’entreprise B. Braun sur une application, GOMICI, dédiée aux jeunes patients atteints de MICI, pour rétablir la communication au sein de la famille et améliorer leur quotidien.

„Le digital, contrairement à ce que l’on peut penser, peut permettre d’humaniser le dialogue entre patient et soignant.“

– Alain Olympie

Pour Christelle Garier-Reboul, Directrice Générale de B. Braun Avitum et Arnaud Pulon, responsable du développement de l’informatique médicale chez B. Braun Avitum, le digital c’est aussi plus d'autonomie et de contrôle sur sa santé.

Ils sont intervenus à la Digital Week pour présenter le fruit de leur travail sur le développement d’outils digitaux pour favoriser la dialyse à domicile et permettre ainsi aux patients de contrôler la gestion de leur quotidien, comme ils l’entendent.

„Les solutions connectées permettent de conserver le lien entre le patient et le personnel soignant, tout en accordant au patient plus de liberté et de confort.“

– Christelle Garier-Reboul et Arnaud Pulon

Retrouvez les Digital Days sur nos sites de production en suivant notre actualité sur les réseaux sociaux !

Découvrez tous les articles

  • Antibiothérapie : bénéfices et points de vigilance

    L’antibiothérapie - ou traitement par antibiotiques - est utilisée pour traiter et prévenir des infections bactériennes. Outre l’antibiothérapie par voie orale, il existe une autre voie d’administration, moins connue du grand public mais nécessaire dans des situations où la voie orale n’est pas indiquée : c’est l’antibiothérapie par perfusion. Généralement réalisée à l’hôpital, elle s’effectue également au domicile des patients, pour tenter d’améliorer leur qualité de vie(1).

    Lire la suite
  • Dialyse et voyages : le duo des vacances !

    Yann-Cédric n’aura pas connu longtemps sa Côte d’Ivoire natale. Né il y a 36 ans avec une malformation rénale non identifiée par les médecins locaux, il est diagnostiqué et opéré à 6 mois en France, à l’Hôpital Necker à Paris. Mais un peu tard ; ses reins sont abîmés et il est en insuffisance rénale. Il passe ses 5 premières années entre son pays et les consultations à Paris, avant de rester définitivement en France, chez sa tante. Malgré les contraintes de la maladie, il n’envisage pas la vie sans voyager.

    Lire la suite
  • Avec Angioplastie sans frontière, B. Braun se mobilise pour les malades du cœur dans les pays démunis

    Cause de millions de morts précoces chaque année(1), les maladies cardiovasculaires sont surreprésentées et insuffisamment traitées dans les pays en développement. Former les médecins de ces pays aux techniques récentes de la cardiologie interventionnelle, c’est le rôle d’Angioplastie sans frontière, qui a reçu de la part de B. Braun 100 stents - petits implants métalliques destinés à maintenir les artères ouvertes - pour l’aider dans sa mission.

    Lire la suite
  • De la chirurgie cardiaque ouverte à la chirurgie mini-invasive

    Les progrès technologiques des 20 dernières années ont révolutionné la chirurgie cardiaque permettant désormais d’opérer certaines maladies du cœur sans avoir à ouvrir le sternum. Le Professeur Kasra Azarnoush, Chirurgien thoracique et cardiovasculaire a pratiqué la chirurgie mini-invasive au CHU Gabriel Montpied à Clermont-Ferrand pendant 1 an, puis au CHU de Saint-Etienne où il utilise un matériel de visualisation 3D. Tour d’horizon de cette technique chirurgicale en plein essor.

    Lire la suite
  • Sclérose en plaques et troubles urinaires : l’auto-sondage au service de la qualité de vie

    Cette année, la Journée mondiale de la Sclérose en Plaques (SEP) était dédiée aux « signes invisibles » de la maladie(1). Parmi eux : les troubles urinaires, très délétères pour la qualité de vie des patients. Valérie Réveillon, infirmière coordinatrice du CRC SEP Ile-de-France Ouest à l’Hôpital Raymond Poincaré - APHP (Garches), explique comment les gérer au quotidien.

    Lire la suite
Téléchargement du contenu...

Une erreur est survenue. Veuillez réessayer.