110 ans d’innovations  la suture ne perd pas le fil 

Recherche rapide de produits

Choisir une catégorie ou une sous-catégorie

110 ans d’innovations : la suture ne perd pas le fil !

Inséparable des progrès de la chirurgie, la suture est la combinaison fil-aiguille qui permet de rapprocher les berges d’une plaie. Née en Egypte il y a 4 000 ans, elle est entrée dans l’ère industrielle grâce à B. Braun il y a 110 ans. Depuis, le fil chirurgical n’a cessé de se réinventer pour répondre aux besoins des patients et des chirurgiens, comme l’explique Olivier Sellal, responsable de la pharmacie centrale du CHU de Nantes.

Des fils fabriqués à partir d’intestins de moutons aux produits synthétiques d’aujourd’hui, la suture a beaucoup évolué en un peu plus d’un siècle. Et l’histoire continue ! B. Braun, fournisseur mondial dans ce domaine grâce notamment à sa filiale française Suturex & Renodex (voir encadrés) a lancé en 2019 un concours international, montrant la créativité dans ce domaine.

Le fil chirurgical n’a rien d’un simple fil, puisqu’il doit être « biocompatible », c’est à dire toléré par le corps sans générer de réaction inflammatoire. Il doit être adapté aux exigences de la plaie et du tissu environnant pour favoriser la guérison. Il doit être souple, facile à manier, résistant dans le temps et permettre des nœuds solides ! Selon les interventions, un fil résorbable (deux tiers du marché) ou non sera choisi par le chirurgien. Les applications sont nombreuses : des sutures tressées pour les chirurgies pédiatriques et les épisiotomies par exemple, aux monobrins souvent préférés pour la fermeture de paroi abdominale1.

Le bon fil pour la bonne indication

„Les innovations sont généralement bien accueillies par les chirurgiens, par exemple les sutures crantées, qui répondent à un besoin d’optimisation du temps opératoire.“

– Olivier Sellal, responsable de la pharmacie centrale du CHU de Nantes

L’idée paraît simple, mais il fallait y penser : doter le fil de micro-crans lui permet de s’autobloquer dans les tissus, donc de ne plus faire de nœuds, en obtenant une tension répartie de long de la plaie. « C’est un dispositif qui, sans être extrêmement technologique, permet de réaliser des sutures complexes sans recourir à des aides opératoires pour maintenir les berges de la plaie et faire progresser le fil », explique Olivier Sellal.

Ce n’est pas la seule évolution des dernières années. Les sutures résorbables se sont développées, avec différents délais de résorption en fonction des indications.

„Quand l’indication le permet, le fil résorbable est privilégié, mais beaucoup d’indications nécessitent l’emploi de fils non résorbables, pour les tissus qui cicatrisent lentement comme les os, les tendons voire les vaisseaux.“

– Olivier Sellal

Les sutures enrobées d’antimicrobien ont également fait leur apparition plus récemment. Olivier Sellal y décèle un intérêt potentiel « dans des domaines précis, pour des chirurgies à fort risque d’infection ».

Enfin, l’essor des procédures de chirurgie mini-invasive, telles que la cœlioscopie, en pratiquant de petites incisions, n’a pas tant influé sur le choix des sutures que sur leur volume. En revanche, différentes options ont élargi le choix des chirurgiens pour refermer les tissus, telles que la suture mécanique (agrafage) et les colles tissulaires, lesquelles ont l’avantage de « réduire le temps d’intervention pour le chirurgien ». Les sutures gardent toute leur place, notamment pour les indications au long cours et les tissus « compliqués », quand la plaie ne permet pas l’usage de colle ou d’agrafes.

Optimiser la gestion de parc : pourquoi pas ?

Le nombre de références employées dans un même hôpital peut être très élevé, répondant à la diversité des besoins. Mais l’optimisation des références utilisées, via un service de gestion de parc proposé par un fabricant comme B. Braun, pourrait s’avérer utile selon Olivier Sellal, lorsque la forme des marchés d’achat hospitaliers le permet. Conseiller les chirurgiens sur la gamme optimale de suture, un nouveau rôle du pharmacien hospitalier ? 

„Pourquoi pas, à condition que le pharmacien connaisse parfaitement les besoins et les produits, car le choix des sutures repose sur beaucoup de critères différents.“

– Olivier Sellal

Des aiguilles made in Dordogne

Le pays du foie gras en pique aussi pour la suture : Suturex & Renodex, filiale de B. Braun, dispose à Carsac-Aillac non loin de Sarlat (24) d’un site qui produit plus de 100 millions d’aiguilles chirurgicales par an. Ses capacités ont doublé en 2015, afin de répondre à la demande mondiale pour tous les types de sutures.

Un concours pour inventer le futur de la suture

« Comment imaginez-vous le futur de la suture ? » Le Groupe B. Braun a lancé en 2019 un concours international sur ce thème, l’Innochallenge, proposant aux professionnels de santé, étudiants ou start-ups de partager leurs idées sur des produits ou technologies innovantes. Les finalistes désignés fin janvier 2020 gagneront l’opportunité de développer leurs idées dans le Creation Lab de B. Braun en Allemagne.

Références :

1 Revue B.Braun.com France N°46, février 2008, pp.4-5.

Découvrez tous les articles

  • Antibiothérapie : bénéfices et points de vigilance

    L’antibiothérapie - ou traitement par antibiotiques - est utilisée pour traiter et prévenir des infections bactériennes. Outre l’antibiothérapie par voie orale, il existe une autre voie d’administration, moins connue du grand public mais nécessaire dans des situations où la voie orale n’est pas indiquée : c’est l’antibiothérapie par perfusion. Généralement réalisée à l’hôpital, elle s’effectue également au domicile des patients, pour tenter d’améliorer leur qualité de vie(1).

    Lire la suite
  • Dialyse et voyages : le duo des vacances !

    Yann-Cédric n’aura pas connu longtemps sa Côte d’Ivoire natale. Né il y a 36 ans avec une malformation rénale non identifiée par les médecins locaux, il est diagnostiqué et opéré à 6 mois en France, à l’Hôpital Necker à Paris. Mais un peu tard ; ses reins sont abîmés et il est en insuffisance rénale. Il passe ses 5 premières années entre son pays et les consultations à Paris, avant de rester définitivement en France, chez sa tante. Malgré les contraintes de la maladie, il n’envisage pas la vie sans voyager.

    Lire la suite
  • Avec Angioplastie sans frontière, B. Braun se mobilise pour les malades du cœur dans les pays démunis

    Cause de millions de morts précoces chaque année(1), les maladies cardiovasculaires sont surreprésentées et insuffisamment traitées dans les pays en développement. Former les médecins de ces pays aux techniques récentes de la cardiologie interventionnelle, c’est le rôle d’Angioplastie sans frontière, qui a reçu de la part de B. Braun 100 stents - petits implants métalliques destinés à maintenir les artères ouvertes - pour l’aider dans sa mission.

    Lire la suite
  • De la chirurgie cardiaque ouverte à la chirurgie mini-invasive

    Les progrès technologiques des 20 dernières années ont révolutionné la chirurgie cardiaque permettant désormais d’opérer certaines maladies du cœur sans avoir à ouvrir le sternum. Le Professeur Kasra Azarnoush, Chirurgien thoracique et cardiovasculaire a pratiqué la chirurgie mini-invasive au CHU Gabriel Montpied à Clermont-Ferrand pendant 1 an, puis au CHU de Saint-Etienne où il utilise un matériel de visualisation 3D. Tour d’horizon de cette technique chirurgicale en plein essor.

    Lire la suite
  • Sclérose en plaques et troubles urinaires : l’auto-sondage au service de la qualité de vie

    Cette année, la Journée mondiale de la Sclérose en Plaques (SEP) était dédiée aux « signes invisibles » de la maladie(1). Parmi eux : les troubles urinaires, très délétères pour la qualité de vie des patients. Valérie Réveillon, infirmière coordinatrice du CRC SEP Ile-de-France Ouest à l’Hôpital Raymond Poincaré - APHP (Garches), explique comment les gérer au quotidien.

    Lire la suite
Téléchargement du contenu...

Une erreur est survenue. Veuillez réessayer.