110 ans d’innovations  la suture ne perd pas le fil 

Recherche rapide de produits

Choisir une catégorie ou une sous-catégorie

110 ans d’innovations : la suture ne perd pas le fil !

Inséparable des progrès de la chirurgie, la suture est la combinaison fil-aiguille qui permet de rapprocher les berges d’une plaie. Née en Egypte il y a 4 000 ans, elle est entrée dans l’ère industrielle grâce à B. Braun il y a 110 ans. Depuis, le fil chirurgical n’a cessé de se réinventer pour répondre aux besoins des patients et des chirurgiens, comme l’explique Olivier Sellal, responsable de la pharmacie centrale du CHU de Nantes.

Des fils fabriqués à partir d’intestins de moutons aux produits synthétiques d’aujourd’hui, la suture a beaucoup évolué en un peu plus d’un siècle. Et l’histoire continue ! B. Braun, fournisseur mondial dans ce domaine grâce notamment à sa filiale française Suturex & Renodex (voir encadrés) a lancé en 2019 un concours international, montrant la créativité dans ce domaine.

Le fil chirurgical n’a rien d’un simple fil, puisqu’il doit être « biocompatible », c’est à dire toléré par le corps sans générer de réaction inflammatoire. Il doit être adapté aux exigences de la plaie et du tissu environnant pour favoriser la guérison. Il doit être souple, facile à manier, résistant dans le temps et permettre des nœuds solides ! Selon les interventions, un fil résorbable (deux tiers du marché) ou non sera choisi par le chirurgien. Les applications sont nombreuses : des sutures tressées pour les chirurgies pédiatriques et les épisiotomies par exemple, aux monobrins souvent préférés pour la fermeture de paroi abdominale1.

Le bon fil pour la bonne indication

„Les innovations sont généralement bien accueillies par les chirurgiens, par exemple les sutures crantées, qui répondent à un besoin d’optimisation du temps opératoire.“

– Olivier Sellal, responsable de la pharmacie centrale du CHU de Nantes

L’idée paraît simple, mais il fallait y penser : doter le fil de micro-crans lui permet de s’autobloquer dans les tissus, donc de ne plus faire de nœuds, en obtenant une tension répartie de long de la plaie. « C’est un dispositif qui, sans être extrêmement technologique, permet de réaliser des sutures complexes sans recourir à des aides opératoires pour maintenir les berges de la plaie et faire progresser le fil », explique Olivier Sellal.

Ce n’est pas la seule évolution des dernières années. Les sutures résorbables se sont développées, avec différents délais de résorption en fonction des indications.

„Quand l’indication le permet, le fil résorbable est privilégié, mais beaucoup d’indications nécessitent l’emploi de fils non résorbables, pour les tissus qui cicatrisent lentement comme les os, les tendons voire les vaisseaux.“

– Olivier Sellal

Les sutures enrobées d’antimicrobien ont également fait leur apparition plus récemment. Olivier Sellal y décèle un intérêt potentiel « dans des domaines précis, pour des chirurgies à fort risque d’infection ».

Enfin, l’essor des procédures de chirurgie mini-invasive, telles que la cœlioscopie, en pratiquant de petites incisions, n’a pas tant influé sur le choix des sutures que sur leur volume. En revanche, différentes options ont élargi le choix des chirurgiens pour refermer les tissus, telles que la suture mécanique (agrafage) et les colles tissulaires, lesquelles ont l’avantage de « réduire le temps d’intervention pour le chirurgien ». Les sutures gardent toute leur place, notamment pour les indications au long cours et les tissus « compliqués », quand la plaie ne permet pas l’usage de colle ou d’agrafes.

Optimiser la gestion de parc : pourquoi pas ?

Le nombre de références employées dans un même hôpital peut être très élevé, répondant à la diversité des besoins. Mais l’optimisation des références utilisées, via un service de gestion de parc proposé par un fabricant comme B. Braun, pourrait s’avérer utile selon Olivier Sellal, lorsque la forme des marchés d’achat hospitaliers le permet. Conseiller les chirurgiens sur la gamme optimale de suture, un nouveau rôle du pharmacien hospitalier ? 

„Pourquoi pas, à condition que le pharmacien connaisse parfaitement les besoins et les produits, car le choix des sutures repose sur beaucoup de critères différents.“

– Olivier Sellal

Des aiguilles made in Dordogne

Le pays du foie gras en pique aussi pour la suture : Suturex & Renodex, filiale de B. Braun, dispose à Carsac-Aillac non loin de Sarlat (24) d’un site qui produit plus de 100 millions d’aiguilles chirurgicales par an. Ses capacités ont doublé en 2015, afin de répondre à la demande mondiale pour tous les types de sutures.

Un concours pour inventer le futur de la suture

« Comment imaginez-vous le futur de la suture ? » Le Groupe B. Braun a lancé en 2019 un concours international sur ce thème, l’Innochallenge, proposant aux professionnels de santé, étudiants ou start-ups de partager leurs idées sur des produits ou technologies innovantes. Les finalistes désignés fin janvier 2020 gagneront l’opportunité de développer leurs idées dans le Creation Lab de B. Braun en Allemagne.

Références :

1 Revue B.Braun.com France N°46, février 2008, pp.4-5.

Découvrez tous les articles

  • B. Braun et HypnoVR : au coeur du bien-être des patients

    Dans une volonté d’améliorer la prise en charge des patients, B. Braun s’associe avec HypnoVR, leader de l’hypnose médicale par réalité virtuelle, pour proposer aux cardiologues interventionnels, aux chirurgiens vasculaires, aux radiologues interventionnels et à leurs équipes une solution innovante non médicamenteuse : l’hypnose médicale par réalité virtuelle.

    Lire la suite
  • Xperience Days 2021, 5e épisode – La crise a-t-elle accéléré la transition vers un « Hôpital durable » ?

    À travers une série de web conférences plurithématiques, les Xperience days 2020-2021 invitent à repenser le système de santé dans un contexte bouleversé par la crise sanitaire. Cette 5ème session a porté sur les évolutions de l’hôpital en matière de RSE, entre nouvelles pratiques écoresponsables, valorisation des déchets et mobilisation collective. Aperçu.

    Lire la suite
  • Se nourrir de la vie

    L’alimentation artificielle n’est pas un frein à une vie riche de découvertes, de plaisirs et de promesses, surtout quand les perfusions peuvent être réalisées à domicile. Yasmine Luzurier en est une preuve étincelante depuis plus de 40 ans. Témoignage.

    Lire la suite
  • Choose France : B. Braun investit 15 millions d’euros malgré la crise

    À l’occasion du sommet Choose France qui se tient ce 28 juin, le Groupe allemand B. Braun annonce un investissement de 15 millions d’euros supplémentaires en France en 2021. Cet investissement va permettre d’ouvrir deux nouvelles lignes de production à Sarlat-la-Caneda (24) et à Nogent-le-Rotrou (28) et comprend l’extension de ses établissements de néphrologie, créant ainsi de nouveaux emplois dans l’Hexagone. Par ces engagements, l’acteur du « made in Europe » et deuxième employeur des technologies médicales dans notre pays, réaffirme sa volonté de miser sur la France. Avec ce nouveau programme, B. Braun y aura ainsi investi près de 200 millions d’euros depuis 2015.

    Lire la suite
  • Nutrition parentérale à domicile : diffuser les bonnes pratiques pour renforcer la sécurité

    Les infections liées aux cathéters veineux centraux représentent un frein au déploiement de la nutrition parentérale à domicile. Une (in)formation adaptée, des liens interprofessionnels renforcés et le respect des bonnes pratiques assurent pourtant une mise en œuvre en toute sécurité. Précisions en compagnie du Pr Francisca Joly, du service de Gastroentérologie, MICI et Assistance Nutritive de l’hôpital Beaujon de Clichy (92).

    Lire la suite
Téléchargement du contenu...

Une erreur est survenue. Veuillez réessayer.