Chirurgie mini-invasive la reconstruction à cœur

Recherche rapide de produits

Choisir une catégorie ou une sous-catégorie

Chirurgie mini-invasive : la reconstruction à cœur

Les progrès technologiques favorisent l’essor d’une chirurgie cardiaque mini-invasive de haute précision. Opérer par incision entre les côtes plutôt qu’en ouvrant le thorax minimise le traumatisme peropératoire pour le patient et renforce l’efficience budgétaire pour les établissements de santé. Illustration avec la chirurgie de la valve mitrale, en 5 questions au Dr. Patrick Périer, chirurgien expert au centre cardiovasculaire de Bad Neustadt, Allemagne.

Comment expliquer la dynamique de déploiement de la chirurgie cardiaque mini-invasive ?

Patrick Périer : La raison est simple : les endoscopes ont gagné en ergonomie et les technologies de visualisation ont fait d’énormes progrès ! En quelques années, nous sommes passés d’images un peu grossières en deux dimensions à de la 3D haute définition. La visualisation 3D permet d’apprécier la profondeur de champ et la richesse de détails apportés par ce type de vidéo facilitent grandement le travail et l’apprentissage d’une technique chirurgicale limitant les transfusions et les séquelles. L’apport de la robotique est pour l’heure plus discutable, les résultats n’étant pas améliorés par l’emploi de la machine. Le confort du praticien est pour sa part amélioré, mais à mettre en balance avec les coûts pour l’heure élevés. Mais qui sait ce que l’avenir nous réserve dans ce domaine ? 

Au-delà des bénéfices pour les patients, quel intérêt pour les établissements de santé à passer au mini-invasif ?

P. P. : Un programme de chirurgie cardiaque mini-invasive bien organisé assure une sortie plus rapide des patients et donc une meilleure efficience économique pour l’établissement, surtout si la rémunération se fait au forfait, comme c’est le cas en Allemagne. L’intervention elle-même n’est pas beaucoup plus longue qu’avec une sternotomie (NDR : ouverture du sternum)… avec un peu d’expérience pratique.

Les approches mini-invasives sont également des marqueurs de qualité valorisés par les établissements, dans un contexte où la réputation est très importante pour assurer la pérennité économique des structures.

Les patients sont-ils réellement demandeurs ?

P. P. : Oui, c’est une attente forte. Les patients sont très bien informés grâce à Internet. Ils viennent parfois de très loin pour bénéficier des avantages d’une procédure synonyme de moindre douleur et d’un retour plus rapide à la maison, et d’une reprise plus rapide d’une activité normale. Sans oublier un aspect primordial : le rapport à soi-même. Des petites cicatrices latérales permettent plus facilement « d’oublier » sa vulnérabilité et de se reconstruire que la vision quotidienne d’une grande cicatrice au milieu de son torse.

Qui peut profiter de ce type d’intervention ?

P. P. : 99 % des patients présentant une dégénérescence de la valve mitrale. Les contre-indications (calcification de la valve, adhérence pulmonaire, maladie vasculaire sévère…) sont rares et les résultats excellents, puisque nous parvenons à réparer la valve plutôt que la remplacer par une prothèse artificielle. Il existe toutefois des cas où la sternotomie reste incontournable, notamment les interventions multiples, de type pontage coronarien avec valve mitrale, réparation mitrale et aortique simultanée, etc. 

Comment l’utilisation du mini-invasif va-t-elle évoluer dans les années à venir ?

P. P. : Je vois deux directions. La première : une homogénéisation mondiale de la pratique. Certains pays, comme l’Allemagne, réalisent déjà la majorité des opérations sur valve mitrale par ce biais. D’autres pays en sont loin, mais les bénéfices apportés par cette pratique les incitent à combler leur retard. Le Japon sera par exemple parmi les leaders mondiaux d’ici 5 ans. La seconde voie d’évolution est bien entendu technologique. Il y a déjà eu de nombreux progrès, mais le secteur est très dynamique et je ne doute pas que les industriels proposeront des outils toujours plus adaptés aux besoins des praticiens et aux attentes des patients. Enfin, la démocratisation de la pratique passera par une diffusion des outils et un accompagnement des chirurgiens désireux de s’y former.

Découvrez tous les articles

  • B. Braun et HypnoVR : au coeur du bien-être des patients

    Dans une volonté d’améliorer la prise en charge des patients, B. Braun s’associe avec HypnoVR, leader de l’hypnose médicale par réalité virtuelle, pour proposer aux cardiologues interventionnels, aux chirurgiens vasculaires, aux radiologues interventionnels et à leurs équipes une solution innovante non médicamenteuse : l’hypnose médicale par réalité virtuelle.

    Lire la suite
  • Xperience Days 2021, 5e épisode – La crise a-t-elle accéléré la transition vers un « Hôpital durable » ?

    À travers une série de web conférences plurithématiques, les Xperience days 2020-2021 invitent à repenser le système de santé dans un contexte bouleversé par la crise sanitaire. Cette 5ème session a porté sur les évolutions de l’hôpital en matière de RSE, entre nouvelles pratiques écoresponsables, valorisation des déchets et mobilisation collective. Aperçu.

    Lire la suite
  • Se nourrir de la vie

    L’alimentation artificielle n’est pas un frein à une vie riche de découvertes, de plaisirs et de promesses, surtout quand les perfusions peuvent être réalisées à domicile. Yasmine Luzurier en est une preuve étincelante depuis plus de 40 ans. Témoignage.

    Lire la suite
  • Choose France : B. Braun investit 15 millions d’euros malgré la crise

    À l’occasion du sommet Choose France qui se tient ce 28 juin, le Groupe allemand B. Braun annonce un investissement de 15 millions d’euros supplémentaires en France en 2021. Cet investissement va permettre d’ouvrir deux nouvelles lignes de production à Sarlat-la-Caneda (24) et à Nogent-le-Rotrou (28) et comprend l’extension de ses établissements de néphrologie, créant ainsi de nouveaux emplois dans l’Hexagone. Par ces engagements, l’acteur du « made in Europe » et deuxième employeur des technologies médicales dans notre pays, réaffirme sa volonté de miser sur la France. Avec ce nouveau programme, B. Braun y aura ainsi investi près de 200 millions d’euros depuis 2015.

    Lire la suite
  • Nutrition parentérale à domicile : diffuser les bonnes pratiques pour renforcer la sécurité

    Les infections liées aux cathéters veineux centraux représentent un frein au déploiement de la nutrition parentérale à domicile. Une (in)formation adaptée, des liens interprofessionnels renforcés et le respect des bonnes pratiques assurent pourtant une mise en œuvre en toute sécurité. Précisions en compagnie du Pr Francisca Joly, du service de Gastroentérologie, MICI et Assistance Nutritive de l’hôpital Beaujon de Clichy (92).

    Lire la suite
Téléchargement du contenu...

Une erreur est survenue. Veuillez réessayer.