10 questions sur la rétention urinaire

Recherche rapide de produits

Choisir une catégorie ou une sous-catégorie

10 questions sur… La rétention urinaire

Quand on parle troubles de la continence, on pense souvent incontinence et fuites, et moins rétention urinaire. Alors que les urologues de France se réunissent au congrès de l’Association française d’urologie du 20 au 23 novembre, quels sont les enjeux liés à ce trouble tout aussi tabou et gênant, comment bien vivre avec ? La réponse en 10 questions.

1. A quoi sert la vessie ?

La vessie est le réservoir dans lequel est stockée l’urine fabriquée par les reins. Composée d’un muscle, le détrusor, elle peut s’adapter. Lors de la phase de remplissage de la vessie, le détrusor se relâche pour recueillir l’urine, comme un ballon. Lors de la miction (action d’uriner), il se contracte pour expulser l’urine vers l’extérieur, via un canal appelé urètre.

2. Combien de fois par jour allons-nous normalement aux toilettes ?

La vessie peut normalement contenir jusqu’à 400 ml en moyenne. La production d’urine est variable et directement proportionnelle aux liquides absorbés, à l’activité physique, aux conditions climatiques et aux traitements médicamenteux. En moyenne, elle se situe entre 1,5 et 2 litres par 24 heures (diurèse).

L’urine est évacuée en environ 5 mictions par jour qui doivent être déclenchées volontairement et rester indolores. Normalement en fin de miction, la vessie est vide. 

3. La rétention urinaire, c’est quoi ?

Lorsque la vessie est pleine, nous déclenchons consciemment son évacuation. L’altération d’un ou plusieurs mécanismes contribuant à cette évacuation peut entraîner des troubles de la miction dont la rétention urinaire : la vessie ne parvient plus à se vider naturellement et facilement. 

4. Quand peut survenir une rétention d’urine ?

Elle a des origines multiples : affections neurologiques (lésions médullaires, sclérose en plaques, spina bifida…), pathologies vésicales (troubles de la prostate, tumeurs de la vessie, altérations musculaires…), gynécologiques ou digestives, suites chirurgicales... 

5. Quel est le risque ?

Si l’urine stagne dans la vessie, il existe un risque que les bactéries s’y développent, entraînant une infection urinaire qui peut être potentiellement grave et/ou des dommages irréversibles, notamment au niveau des reins. 

6. Le cycle mictionnel c’est quoi ?

C’est l’alternance entre les phases de stockage et les phases de vidange de l’urine.

7. Quelle(s) solution(s) face à une rétention urinaire ?

Le sondage intermittent est la solution de référence. Le sondage urinaire a pour but d’évacuer vers l’extérieur l’urine stockée dans la vessie grâce à une sonde. Il est dit intermittent car réalisé plusieurs fois par jour, c’est-à-dire que la sonde est insérée brièvement, puis retirée et jetée après l’évacuation de l’urine. 

8. Une sonde pour sondage urinaire intermittent, c’est quoi ?

La sonde urinaire est un tube mince, flexible, stérile et à usage unique, introduit dans l’urètre par le méat urétral jusque dans la vessie. Deux orifices (œils) à son extrémité permettent à l’urine de s’écouler. Elle sert à évacuer les urines de la vessie. 

9. Est-ce risqué ?

La mise en place de la sonde étant un acte invasif, la manipulation et la pose du dispositif doivent être effectuées dans des conditions d’asepsie. C’est pourquoi l’information et l’éducation thérapeutique des patients par un professionnel de santé sont importantes.

10. Comment améliorer la qualité de vie des patients ?

Les troubles de la continence sont des pathologies très gênantes, voire invalidantes, souvent taboues. Bien que la vie des personnes atteintes ne soit pas en jeu, ils ont un impact social important pour le patient et peuvent causer de réelles difficultés dans sa vie quotidienne ou ses activités. La qualité de vie des patients a été améliorée avec l’amélioration des sondes intermittentes ces dernières années. Petites et discrètes, les sondes actuelles peuvent facilement être transportées, et rendent aux patients leur liberté de mouvement et d’action. 

La France, centre d’excellence mondial de B. Braun en urologie

Le site de Nogent-le-Rotrou de B. Braun est un des plus grands sites en France de production de dispositifs médicaux et il est aussi le premier site français, par son historique et ses effectifs. Centre d'excellence*, il assure la recherche, le développement, la production et les affaires réglementaires de la gamme urologie et incontinence sous le nom d'Urinary Care. Il a également en charge la fabrication de la gamme perfuseurs spéciaux (IV Sets) et accessoires de perfusion. La fabrication des produits met en œuvre de nombreuses technologies (injection et extrusion de matières plastiques, assemblages manuels et automatisés, conditionnement et contrôles). 

  *Organisation ayant la responsabilité mondiale (stratégie, recherche et développement, production, marketing,etc...) d'un domaine thérapeutique.