Vidéo 3D : et la cœlioscopie gagne en profondeur

Recherche rapide de produits

Choisir une catégorie ou une sous-catégorie

Vidéo 3D : et la cœlioscopie gagne en profondeur

En plongeant le médecin et son équipe au cœur de l’intervention, la vidéo 3D offre une nouvelle vision de la chirurgie par cœlioscopie. La qualité de l’image alliée à la facilitation des gestes assure rapidité et précision pour tous les types d’interventions, avec une courbe d’apprentissage réduite. Précisions autour de la chirurgie abdominale, en compagnie du Dr Pierre Blanc, spécialiste en chirurgie viscérale et digestive à la Clinique Chirurgicale Mutualiste de Saint-Étienne.

Petit retour dans le temps. 1992-93 : l’arrivée de la cœlioscopie bouleverse les pratiques médicales en chirurgie, notamment viscérale. Moins invasive, plus « propre », la technique est plébiscitée par les patients et les professionnels de santé. Revers de la médaille : les chirurgiens doivent apprendre à opérer en visualisant leurs gestes sur un écran 2D, sans notion de profondeur. Une adaptation qui demande de l’expérience pour parvenir à estimer au mieux la position des instruments et optimiser les interventions.

Retour au présent et à une innovation révolutionnaire : la vidéo 3D. « Avec les nouvelles technologies de visualisation en 3 dimensions, un chirurgien débutant peut rapidement atteindre le niveau d’un praticien avec 20 ans d’expérience. Lunettes spéciales sur les yeux, il suffit de regarder la colonne vidéo 3D pour se retrouver plongé dans la zone d’intervention 3D ; un peu comme au cinéma », décrypte le Dr Blanc. Principaux avantages ? Des procédures plus précises et rapides, synonymes de moindres complications ou effets indésirables pour les patients.

Le rendu 3D permet de « redécouvrir » la chirurgie

Versant cliniciens, les bénéfices sont également notables : « les interventions sont moins stressantes et moins fatigantes, surtout avec la dernière génération d’écrans, qui offre une qualité d’image exceptionnelle. » Finis les inconvénients du type fatigue oculaire ou mal de tête, que pouvaient induire les dispositifs moins évolués. « Même les confrères les plus réfractaires aux innovations technologiques s’avouent bluffés devant le rendu et son potentiel opératoire. » Mieux, la vision 3D permet de redécouvrir la pratique cœlioscopique : les équipes de bloc, munies de lunettes, peuvent profiter du spectacle d’un chirurgien qui se réapproprie lui-même l’anatomie humaine, longtemps cantonnée à 2 dimensions.

Une technologie qui plaît aux patients

La cœlioscopie vit une révolution des pratiques dont les principales limites semblent financières, dans un contexte prégnant d’économies de santé. Mais si les colonnes 3D ont un coût, leur souplesse d’utilisation, l’optimisation des interventions et la réduction des effets indésirables plaident en faveur de gains sur le long terme. « De plus, le concept même de cœlioscopie 3D "parle" aux patients, qui ont tendance à privilégier cette approche s’ils en ont la possibilité. Au-delà des bénéfices thérapeutiques concrets, l’image que se font les usagers d’une technologie est un argument marketing non négligeable pour les établissements de santé », souligne l’expert.

La cœlioscopie 3D s’installe dans le paysage chirurgical mondial, dans une logique d’évolution des pratiques par l’innovation. Une dynamique portée par les patients, les professionnels du soin et les industriels qui s’appuient sur les retours d’expérience pour développer des dispositifs capables d’améliorer toujours plus les conditions d’intervention.

B. Braun et la chirurgie 3D

B. Braun développe des solutions de visualisation 3D, associant image haute résolution, grande profondeur de champ et contrastes élevés. Complémentaires et polyvalents, les dispositifs B. Braun assurent une immersion 3D lors des chirurgies coelioscopiques, de façon à améliorer la précision chirurgicale et la coordination main-œil.

Découvrez tous les articles

  • B. Braun présente sa stratégie RSE à horizon 2023 et créée un programme d’actions pour la santé globale

    B. Braun présente sa stratégie RSE dont l’ambition est de continuer à faire d’elle une entreprise de santé citoyenne et responsable, capable de concilier pérennité économique et performance sociale, sociétale et environnementale. Son socle est constitué d’une charte de 4 piliers et 7 engagements, des objectifs chiffrés clairs, afin de préserver et d’améliorer durablement la santé de tous. Parmi les projets, B. Braun créée en France un tout nouveau programme : « AGIR pour la Santé Globale », qui combinera des actions dans les domaines du sport, de l’éducation et de l’environnement.

    Lire la suite
  • Troubles de la continence : la R&D au service des besoins des patients

    Concevoir un nouveau produit en urologie repose sur une démarche d’innovation, de recherche et d’amélioration continues. Laura Blocquel et Anthony Prezelin, respectivement chef de projet et technicien dans l’équipe R&D du site B. Braun de Nogent-le-Rotrou (Eure-et-Loir), nous éclairent sur leurs process et leurs apports pour améliorer le quotidien des patients souffrant de troubles de la continence.

    Lire la suite
  • Rétention urinaire traitement : les solutions évoquées par Jean-Nicolas Cornu chirurgien urologue

    Jean-Nicolas Cornu, chirurgien urologue au CHU de Rouen répond à nos questions autour des solutions et traitements pour la rétention urinaire. Il donne son avis sur les différents dispositifs médicaux et les perspectives de développement.

    Lire la suite
  • Troubles de la continence : le soutien émotionnel, la voie de l’acceptation

    Détecter un ou des troubles de la continence, qu’elles qu’en soient les causes, revient à annoncer à un patient qu’il va devoir adhérer à un protocole contraignant, quelquefois à vie. Cela a des répercussions à plusieurs niveaux : contraintes mécaniques, d’hygiène, d’environnement (intimité, vie sociale). Colette Garneau, psychopraticienne, accompagne quotidiennement les patients dans leur processus de deuil et de réparation pour « mieux vivre » une pathologie ou une situation de vie telle que les troubles de la continence.

    Lire la suite
  • Troubles de la continence : l’éducation thérapeutique pour l’autonomie du patient

    Angelina Cannesant est IDE stomathérapeute à l’hôpital Charles-Nicolle du CHU de Rouen depuis bientôt 22 ans. Son activité revêt plusieurs facettes : pour partie elle s’occupe des activités de la consultation urologique (explorations endoscopiques, soins spécifiques en urologie, et consultations d’annonce) tandis qu’elle assure trois jours par semaine les consultations de stomathérapie pour les patients devant bénéficier d’une stomie, principalement urinaire, en pré ou en postopératoire. Avec l’équipe d’infirmiers et d’infirmières du service, elle participe activement à l’éducation thérapeutique à l’auto-sondage urinaire. Rencontre.

    Lire la suite
Téléchargement du contenu...

Une erreur est survenue. Veuillez réessayer.