Le biofilm enjeu de la cicatrisation des plaies chroniques

Recherche rapide de produits

Choisir une catégorie ou une sous-catégorie

Le biofilm, enjeu de la cicatrisation des plaies chroniques

Présent dans 90% des plaies chroniques, le biofilm est un obstacle majeur à la cicatrisation. Comment se forme-t-il ? Comment le prévenir et l’éliminer ? Joëlle Sugranes, infirmière stomathérapeute et enseignante au CH de Tarbes (65) propose quelques conseils.

Imagine-t-on, quand on souffre de plaies chroniques, vivre avec des communautés microbiennes complexes contenant des microorganismes tels que des bactéries ? Et qu’elles peuvent être responsables de la chronicité de ces plaies ? Non, sans doute pas. C’est pourtant le cas. Ces microorganismes peuvent même s’organiser pour mieux résister : ce qu’on appelle le biofilm.

Ces communautés se forment lorsque des bactéries se fixent sur la surface de la plaie en excrétant une substance épaisse, visqueuse, collante : la substance polymérique extracellulaire (SPE). Protégées par cette matrice, les bactéries adhèrent au lit de la plaie. De nouvelles bactéries apparaissent, et la colonie se développe. Les biofilms entraînent alors une réaction inflammatoire chronique, protègent les bactéries et, de ce fait, retardent la cicatrisation1.

Prévenir et gérer les biofilms est devenu un objectif clé de la prise en charge des plaies chroniques2.

Comment le biofilm se développe-t-il ?

Des solutions actives et efficaces sur le biofilm

« La prise de conscience du rôle des biofilms a mis en évidence l’importance de bien nettoyer les plaies », explique Joëlle Sugranes. Un nettoyage de la plaie à l’eau sous le jet de la douche est de rigueur, en prenant soin de bien savonner les berges ainsi que la peau saine périphérique. Puis un professionnel de santé pratique la détersion, consistant à retirer les dépôts (tissus morts, sang coagulé, fibrine…) et le biofilm.

La détersion au scalpel ou à la curette est une opération délicate, désagréable, voire douloureuse, pour le patient, qui peut engendrer des saignements. « Heureusement, il existe aujourd’hui des solutions actives et efficaces sur le biofilm qui facilitent la détersion manuelle », se félicite Joëlle Sugranes. À base de bétaïne et de polyhexanide, elles agissent notamment en désolidarisant le biofilm et en dissolvant les dépôts1.

„J’ai constaté une réelle amélioration de l’évolution des plaies que je prends en charge depuis que j’utilise ces composants. Ils assainissent la surface de la plaie sans en détruire l’écosystème.“

– Joëlle Sugranes, infirmière stomathérapeute et enseignante au CH de Tarbes (65)

Il a été démontré, en effet, que leur utilisation réduit l’inflammation et améliore le temps de cicatrisation4, ce qui contribue par ailleurs à prévenir les complications liées aux infections5.

Le rôle essentiel de l’hygiène de vie

Face à une plaie chronique, un patient peut parfois adopter une attitude passive ou fataliste, négligeant d’en prendre soin. « Il est très important d’impliquer le patient en lui expliquant comment il peut contribuer à la cicatrisation », explique Joëlle Sugranes. Ainsi, un patient a tout intérêt à savoir que sa plaie ne doit pas être comprimée dans un bandage trop serré et ne doit être ni trop sèche, ni trop humide.

L’hygiène corporelle, la nutrition, la mobilité sont également abordées lors des consultations. 

„J’accompagne le patient afin qu’il s’implique dans sa prise en charge. Et je lui explique, quitte à le bousculer un peu, que sa plaie reflète son état général, car une plaie chronique est rarement là par hasard. Le patient joue un rôle moteur dans le processus de cicatrisation.“

Plus d'information

Seule une plaie propre peut cicatriser

Lorsque les processus de fermeture des plaies sont perturbés par une pathologie sous-jacente, une plaie peut devenir chronique.

Le succès du processus de cicatrisation va dépendre de plusieurs facteurs : choix du pansement, de l’état général du patient, existence de pathologies sous-jacentes... 
Mais l’état du lit de la plaie et sa préparation sont également des éléments cruciaux du processus de cicatrisation, car seule une plaie propre peut cicatriser.

B. Braun, acteur majeur des dispositifs médicaux, apporte des solutions qui permettent de favoriser la cicatrisation et contribuent à l’efficience des soins, par la réduction du matériel et des soins nécessaires à la guérison des plaies.

Références :
1 Phillips PL et al., Biofilms Made Easy. Wounds International 2010; 1(3).
2 World Union of Wound Healing Societies (WUWHS), Florence Congress, Position Document. Management of Biofilm. Wounds International 2016
3 Phillips PL et al., Biofilms made Easy. Wounds International 2010; 1(3)
4 Bellingeri A. et al., Effect of a wound cleansing solution on wound bed preparation and inflammation in chronic wounds: a single-blind RCT. J Wound Care 2016 ;25(3):160-168
5 Andriessen A et al., Assessment of a Wound Cleansing Solution in the Treatment of Problem Wounds, WOUNDS 2008;20(6):171-175

Découvrez tous les articles

  • B. Braun et HypnoVR : au coeur du bien-être des patients

    Dans une volonté d’améliorer la prise en charge des patients, B. Braun s’associe avec HypnoVR, leader de l’hypnose médicale par réalité virtuelle, pour proposer aux cardiologues interventionnels, aux chirurgiens vasculaires, aux radiologues interventionnels et à leurs équipes une solution innovante non médicamenteuse : l’hypnose médicale par réalité virtuelle.

    Lire la suite
  • Xperience Days 2021, 5e épisode – La crise a-t-elle accéléré la transition vers un « Hôpital durable » ?

    À travers une série de web conférences plurithématiques, les Xperience days 2020-2021 invitent à repenser le système de santé dans un contexte bouleversé par la crise sanitaire. Cette 5ème session a porté sur les évolutions de l’hôpital en matière de RSE, entre nouvelles pratiques écoresponsables, valorisation des déchets et mobilisation collective. Aperçu.

    Lire la suite
  • Se nourrir de la vie

    L’alimentation artificielle n’est pas un frein à une vie riche de découvertes, de plaisirs et de promesses, surtout quand les perfusions peuvent être réalisées à domicile. Yasmine Luzurier en est une preuve étincelante depuis plus de 40 ans. Témoignage.

    Lire la suite
  • Choose France : B. Braun investit 15 millions d’euros malgré la crise

    À l’occasion du sommet Choose France qui se tient ce 28 juin, le Groupe allemand B. Braun annonce un investissement de 15 millions d’euros supplémentaires en France en 2021. Cet investissement va permettre d’ouvrir deux nouvelles lignes de production à Sarlat-la-Caneda (24) et à Nogent-le-Rotrou (28) et comprend l’extension de ses établissements de néphrologie, créant ainsi de nouveaux emplois dans l’Hexagone. Par ces engagements, l’acteur du « made in Europe » et deuxième employeur des technologies médicales dans notre pays, réaffirme sa volonté de miser sur la France. Avec ce nouveau programme, B. Braun y aura ainsi investi près de 200 millions d’euros depuis 2015.

    Lire la suite
  • Nutrition parentérale à domicile : diffuser les bonnes pratiques pour renforcer la sécurité

    Les infections liées aux cathéters veineux centraux représentent un frein au déploiement de la nutrition parentérale à domicile. Une (in)formation adaptée, des liens interprofessionnels renforcés et le respect des bonnes pratiques assurent pourtant une mise en œuvre en toute sécurité. Précisions en compagnie du Pr Francisca Joly, du service de Gastroentérologie, MICI et Assistance Nutritive de l’hôpital Beaujon de Clichy (92).

    Lire la suite
Téléchargement du contenu...

Une erreur est survenue. Veuillez réessayer.