De la chirurgie cardiaque ouverte à la chirurgie mini-invasive

Recherche rapide de produits

Choisir une catégorie ou une sous-catégorie

De la chirurgie cardiaque ouverte à la chirurgie mini-invasive

Les progrès technologiques des 20 dernières années ont révolutionné la chirurgie cardiaque permettant désormais d’opérer certaines maladies du cœur sans avoir à ouvrir le sternum. Le Professeur Kasra Azarnoush, Chirurgien thoracique et cardiovasculaire a pratiqué la chirurgie mini-invasive au CHU Gabriel Montpied à Clermont-Ferrand pendant 1 an, puis au CHU de Saint-Etienne où il utilise un matériel de visualisation 3D. Tour d’horizon de cette technique chirurgicale en plein essor.

Qui aurait pu imaginer, il y a à peine cinquante ans, qu’on pourrait remplacer une valve cardiaque par une simple incision entre les côtes, sans avoir à ouvrir largement le thorax ? Et pourtant, comme l’explique le Professeur Kaszra Azarnoush dans cette vidéo, presque toutes les réparations ou remplacements de valves peuvent aujourd’hui se faire par cette technique dite « mini-invasive ».

Voir l’interview du Pr Kasra Azarnoush, Chirurgien Thoracique et Cardiovasculaire, au CHU de Saint-Etienne.

De multiples bénéfices appréciés des patients

Les avantages de la chirurgie « mini-invasive » dans le domaine cardiaque sont multiples. Elle permet de réduire le besoin en sang, et donc les transfusions1, mais aussi les douleurs post-opératoires2, la durée d’hospitalisation et le temps de convalescence3.

„L’agression chirurgicale est réduite pour permettre aux patients de récupérer plus rapidement que par la sternotomie habituelle. Les patients sont généralement très surpris d’être remis sur pied aussi vite. Certains demandent même à reprendre le travail dès le deuxième mois“

– indique le Professeur Azarnoush.

En effet, pour opérer à cœur ouvert, il faut réaliser une sternotomie (scier le sternum par le milieu) avec pour conséquence, en plus du délai de récupération, une cicatrice de 20 à 30 centimètres. C’est là un autre avantage de la technique mini-invasive, apprécié des patients : l’esthétique de la cicatrice. Ne mesurant que 4 ou 5 centimètres, elle est nettement plus discrète4.

Un matériel de pointe au service des professionnels de santé

Ces interventions, réalisées par des chirurgiens cardiaques,  sont aujourd’hui possibles grâce à des technologies de pointe telles que la vidéochirurgie et l’imagerie 3D.

« Grâce à une caméra 3D, le chirurgien voit le cœur du patient en relief sur son écran », explique le Professeur Azarnouch. En plus de la vision 3D, l’ergonomie des instruments mis à la disposition des chirurgiens leur permet d’effectuer des gestes précis le plus naturellement possible tout en diminuant leur niveau de fatigue physique et visuelle.

Acteur majeur de l’innovation en chirurgie cardiaque « mini-invasive »B. Braun est fier de contribuer, aux côtés des professionnels de santé, à améliorer l’expérience patient et la pertinence des soins.

[1] Bruhat MA. Development of gynecologic surgery. Consequences of the hospital use of endoscopic methods. Rev Prat 1992;42:1669-71.
[2] Andersen MH, Mathisen L, Oyen O, Edwin B, Digernes R, Kvarstein G, et al. Postoperative pain and convalescence in living kidney donors-laparoscopic versus open donor nep
[3] Belcher E, Arora S, Samancilar O, Goldstraw P. Reducing cardiac injury during minimally invasive repair of pectus excavatum. Eur J Cardiothorac Surg 2008;33:931-3.
[4] Obadia J.-F. Chirurgie cardiaque mini-invasive assistée par vidéothoracoscopie. EMC (Elsevier Masson SAS, Paris), Techniques chirurgicales - Thorax, 42-519, 2010

Découvrez tous les articles

  • B. Braun présente sa stratégie RSE à horizon 2023 et créée un programme d’actions pour la santé globale

    B. Braun présente sa stratégie RSE dont l’ambition est de continuer à faire d’elle une entreprise de santé citoyenne et responsable, capable de concilier pérennité économique et performance sociale, sociétale et environnementale. Son socle est constitué d’une charte de 4 piliers et 7 engagements, des objectifs chiffrés clairs, afin de préserver et d’améliorer durablement la santé de tous. Parmi les projets, B. Braun créée en France un tout nouveau programme : « AGIR pour la Santé Globale », qui combinera des actions dans les domaines du sport, de l’éducation et de l’environnement.

    Lire la suite
  • Troubles de la continence : la R&D au service des besoins des patients

    Concevoir un nouveau produit en urologie repose sur une démarche d’innovation, de recherche et d’amélioration continues. Laura Blocquel et Anthony Prezelin, respectivement chef de projet et technicien dans l’équipe R&D du site B. Braun de Nogent-le-Rotrou (Eure-et-Loir), nous éclairent sur leurs process et leurs apports pour améliorer le quotidien des patients souffrant de troubles de la continence.

    Lire la suite
  • Rétention urinaire traitement : les solutions évoquées par Jean-Nicolas Cornu chirurgien urologue

    Jean-Nicolas Cornu, chirurgien urologue au CHU de Rouen répond à nos questions autour des solutions et traitements pour la rétention urinaire. Il donne son avis sur les différents dispositifs médicaux et les perspectives de développement.

    Lire la suite
  • Troubles de la continence : le soutien émotionnel, la voie de l’acceptation

    Détecter un ou des troubles de la continence, qu’elles qu’en soient les causes, revient à annoncer à un patient qu’il va devoir adhérer à un protocole contraignant, quelquefois à vie. Cela a des répercussions à plusieurs niveaux : contraintes mécaniques, d’hygiène, d’environnement (intimité, vie sociale). Colette Garneau, psychopraticienne, accompagne quotidiennement les patients dans leur processus de deuil et de réparation pour « mieux vivre » une pathologie ou une situation de vie telle que les troubles de la continence.

    Lire la suite
  • Troubles de la continence : l’éducation thérapeutique pour l’autonomie du patient

    Angelina Cannesant est IDE stomathérapeute à l’hôpital Charles-Nicolle du CHU de Rouen depuis bientôt 22 ans. Son activité revêt plusieurs facettes : pour partie elle s’occupe des activités de la consultation urologique (explorations endoscopiques, soins spécifiques en urologie, et consultations d’annonce) tandis qu’elle assure trois jours par semaine les consultations de stomathérapie pour les patients devant bénéficier d’une stomie, principalement urinaire, en pré ou en postopératoire. Avec l’équipe d’infirmiers et d’infirmières du service, elle participe activement à l’éducation thérapeutique à l’auto-sondage urinaire. Rencontre.

    Lire la suite
Téléchargement du contenu...

Une erreur est survenue. Veuillez réessayer.