B. Braun déploie Up&Go pour améliorer la récupération des patients après chirurgie

Recherche rapide de produits

Choisir une catégorie ou une sous-catégorie

B. Braun déploie Up&Go pour améliorer la récupération des patients après chirurgie

B. Braun, premier employeur des technologies médicales en France, présente les premiers retours d’expérience de son programme Up&Go, dédié à la qualité et l’efficience du parcours de soins. Son déploiement au CHU d’Amiens et à l’Institut Mutualiste Montsouris de Paris a contribué à un suivi optimisé des patients avant et après une chirurgie orthopédique. B. Braun souhaite à présent étendre l’utilisation d’Up&Go à d’autres établissements et d’autres spécialités, et ainsi participer au développement de la chirurgie ambulatoire, dont l’objectif national fixe le taux à 70% en 2022 contre 54% aujourd’hui.

De l’audit des pratiques au parcours de soins connecté

Les 250 000 patients opérés d’une prothèse de hanche ou de genou chaque année sont hospitalisés en moyenne 5 à 6 jours[1], alors qu’une majorité d’entre eux souhaiterait pouvoir rentrer plus rapidement à domicile[2]. Une attente de plus en plus réaliste avec le développement de la chirurgie ambulatoire, mais aussi des protocoles de récupération rapide ou améliorée après chirurgie (RAC).

Fort de sa connaissance transversale du parcours de soin et de son expertise en orthopédie, B. Braun a lancé Up&Go en 2018 : un programme multicanal, qui vise à optimiser le parcours du patient devant bénéficier d’une pose de prothèse de hanche ou de genou. Il se compose de quatre modules, pour auditer, documenter, outiller et connecter le parcours du patient jusqu’à son retour à domicile. En novembre dernier, Up&Go a obtenu la labellisation de l’association GRACE (Groupe de Réhabilitation Améliorée après Chirurgie), une association francophone dont le but est de favoriser le développement et la diffusion de la réhabilitation améliorée après chirurgie.  

A l’occasion du 5e symposium de GRACE, le 5 avril 2019, B. Braun a présenté les premiers retours d’utilisation d’Up&Go dans deux établissements de soins, le CHU d’Amiens et l’Institut Mutualiste Montsouris (Paris), pionniers de la démarche. B. Braun annonce par ailleurs son intention d’étendre cette approche innovante, en nouant des collaborations avec d’autres établissements et en développant des déclinaisons d’Up&Go pour d’autres aires thérapeutiques comme la chirurgie digestive.

„Up&Go fait partie des services innovants que nous développons, au-delà des produits, pour contribuer de façon plus transversale au Juste Soin et à la transformation du système de santé. C’est une manière concrète d’œuvrer pour une meilleure expérience du soin vécue par les patients et les soignants, et à une gestion plus efficiente des établissements de santé en participant à la réduction des durées de séjour.“

– Dr Marc-Alexander Burmeister, Président de B. Braun en France.

À amiens : Up&Go facilite le passage à “J0”

« Notre objectif était d’améliorer le parcours de soin pour développer la RAC face à l’augmentation d’activité. L’audit Orthoscan (NDR : l’un des modules d’Up&Go) a permis de formaliser les points de blocage à toutes les étapes du parcours patient. C’est un bon outil pour valider des investissements avec la direction de l’hôpital », témoigne le Pr Patrice Mertl, Chef de service d’orthopédie du CHU d’Amiens. Le déploiement d’Up&Go a permis d’accélérer des projets comme le passage en “J0” depuis fin 2018 - le patient n’arrive plus la veille mais le matin même de l’intervention - et la création d’une consultation infirmière en pré-opératoire, élément clé de la récupération rapide après chirurgie.

„Chaque semaine, une quarantaine de patients candidats à une arthroplastie totale de hanche ou de genou bénéficient de cette consultation infirmière, très appréciée car elle leur permet de poser toutes leurs questions. Ils sont moins anxieux car mieux préparés. Les patients arrivent au bloc à pied, ils sont plus actifs pendant leur hospitalisation, récupèrent mieux et sortent plus rapidement après.“

– explique Julie Matias, Cadre Supérieur de Santé.

La même infirmière chargée de la consultation pré-intervention appelle le patient à son retour à domicile, un facteur de sécurisation et de réassurance.

À l'institut Montsouris, Up&Go connecte le suivi

À l’Institut Mutualiste Montsouris de Paris, le suivi connecté OrthoConnect - un autre module d’Up&Go - est opérationnel depuis plus de six mois. Il s’inscrit dans l’expérimentation[3] du financement à l’épisode de soins, qui débute cette année pour encourager les innovations organisationnelles à l’hôpital. Les patients de retour à domicile après une opération du genou peuvent se connecter à la plateforme web Bepatient Ortho, distribuée par B. Braun Medical. Ils y trouvent des informations fiables, des vidéos personnalisées, des exercices d’auto-rééducation et une messagerie sécurisée pour communiquer avec l’équipe médicale.

„Aider le patient à mieux comprendre l’arthrose, la prothèse totale de genou, à se faire un scénario clair de ce qu’il va vivre avant et après l’opération, c’est lui permettre de mieux la maîtriser, y compris le pic douloureux du deuxième jour. Le résultat fonctionnel à six mois est également mieux perçu par les patients quand leur vécu correspond à ce à quoi ils s’attendaient.“

– témoigne le Dr Frédéric Zadegan, chirurgien orthopédiste à l’Institut Mutualiste Montsouris.

Il voit dans la réduction des durées de séjour, sécurisée par la consultation pré-opératoire et le suivi connecté, un vecteur de meilleure récupération : « Être chez elle entourée de ses proches permet à la personne opérée de se sentir mieux plus rapidement ».

Le Dr Frédéric Zadegan interviendra mardi 21 mai de 14h30 à 15h15 à la Paris Healthcare Week[4] sur le thème « Parcours patients en orthopédie : Comment concilier les nouvelles contraintes budgétaires à venir (financement à l’épisode de soins) et l’expérience patient », dans le cadre du Village du dispositif médical organisé par le Snitem (Syndicat national de l’industrie des technologies médicales).

Nouveauté 2019 : un capteur de mouvements

B. Braun continue à innover, en intégrant une nouvelle offre à Up&Go : le capteur de mouvements BPMpathway. Connecté à une application sur tablette, il permet de personnaliser le programme de rééducation après arthroplastie de la hanche ou du genou. Ce nouveau dispositif médical, actuellement testé dans le cadre d’un pilote dans une clinique de l’Est de la France, renforce l’autonomie du patient dans le suivi de ses progrès et facilite sa surveillance post-opératoire par l’équipe médicale.

Télécharger le communiqué de presse

Description Document Lien
B. Braun déploie Up&Go pour améliorer la récupération des patients après chirurgie
pdf (443.1 KB)

[1] 5,8 jours pour une prothèse de genou, 5,1 jours pour une prothèse de hanche (données PMSI 2018)
[2] Six Français sur dix souhaitent bénéficier de soins à domicile plutôt que de rester hospitalisés après une opération, d’après un sondage Opinion Way de mars 2015 réalisé auprès de plus de 1000 personnes sur un échantillon représentatif
[3] Prévue par l’article 51 de la Loi de financement de la sécurité sociale 2018
[4] Du 21 au 23 mai 2019 à Paris Porte de Versailles

Découvrez tous les articles

  • Troubles de la continence : la R&D au service des besoins des patients

    Concevoir un nouveau produit en urologie repose sur une démarche d’innovation, de recherche et d’amélioration continues. Laura Blocquel et Anthony Prezelin, respectivement chef de projet et technicien dans l’équipe R&D du site B. Braun de Nogent-le-Rotrou (Eure-et-Loir), nous éclairent sur leurs process et leurs apports pour améliorer le quotidien des patients souffrant de troubles de la continence.

    Lire la suite
  • Rétention urinaire traitement : les solutions évoquées par Jean-Nicolas Cornu chirurgien urologue

    Jean-Nicolas Cornu, chirurgien urologue au CHU de Rouen répond à nos questions autour des solutions et traitements pour la rétention urinaire. Il donne son avis sur les différents dispositifs médicaux et les perspectives de développement.

    Lire la suite
  • Troubles de la continence : le soutien émotionnel, la voie de l’acceptation

    Détecter un ou des troubles de la continence, qu’elles qu’en soient les causes, revient à annoncer à un patient qu’il va devoir adhérer à un protocole contraignant, quelquefois à vie. Cela a des répercussions à plusieurs niveaux : contraintes mécaniques, d’hygiène, d’environnement (intimité, vie sociale). Colette Garneau, psychopraticienne, accompagne quotidiennement les patients dans leur processus de deuil et de réparation pour « mieux vivre » une pathologie ou une situation de vie telle que les troubles de la continence.

    Lire la suite
  • Troubles de la continence : l’éducation thérapeutique pour l’autonomie du patient

    Angelina Cannesant est IDE stomathérapeute à l’hôpital Charles-Nicolle du CHU de Rouen depuis bientôt 22 ans. Son activité revêt plusieurs facettes : pour partie elle s’occupe des activités de la consultation urologique (explorations endoscopiques, soins spécifiques en urologie, et consultations d’annonce) tandis qu’elle assure trois jours par semaine les consultations de stomathérapie pour les patients devant bénéficier d’une stomie, principalement urinaire, en pré ou en postopératoire. Avec l’équipe d’infirmiers et d’infirmières du service, elle participe activement à l’éducation thérapeutique à l’auto-sondage urinaire. Rencontre.

    Lire la suite
  • Rétention urinaire : Florian Merrien, pongiste paralympique nous dit tout

    Florian Merrien, pongiste paralympique, répond à nos questions sur la rétention urinaire. Il revient sur son quotidien, le sondage urinaire et nous donne ses conseils pour mieux vivre avec cette pathologie.

    Lire la suite
Téléchargement du contenu...

Une erreur est survenue. Veuillez réessayer.