Fortes chaleurs, canicule : pensez à vous hydrater !

Recherche rapide de produits

Choisir une catégorie ou une sous-catégorie

Fortes chaleurs, canicule : pensez à vous hydrater !

Légère, modérée ou sévère, déshydratation rime souvent avec été. Si elle peut être évitée dans la plupart des cas, le risque est pourtant bien réel. Souvenons-nous de la canicule de l’été 2003 qui fit 15 000 victimes en France sur les vingt premiers jours du mois d’août.

Comment donc repérer la déshydratation, la prévenir, la traiter ? N’attendons pas pour adopter les bons réflexes.

Le corps humain est constitué à près de 60% d’eau en moyenne. Mais il l’élimine en permanence à travers les urines, la transpiration ou encore la respiration. Apporter à son organisme suffisamment de liquide pour compenser ces pertes en eau et sels minéraux, nécessaires à son bon fonctionnement, est donc essentiel. Comment ? En buvant au moins 1,5 à 2 litres d’eau par jour. Car quand l’organisme manque d’eau, il est en état de déshydratation.

Repérer les symptômes

Si certains symptômes de la déshydratation sont bien connus du grand public - sécheresse de la bouche, sensation de soif, couleur sombre des urines - d’autres le sont moins et sont pourtant des signaux d’alerte : yeux secs, sentiment de fatigue, maux de tête, vertiges, nausées, vomissements. À un stade plus sévère, confusion, convulsions et troubles de la conscience... Chez le nouveau-né, on sera attentif aux comportements inhabituels.

Nouveau-nés, personnes âgées et malades : attention, fragiles !

Le risque de déshydratation est bien plus élevé chez les nouveau-nés et les personnes âgées. Les premiers car leur corps est très riche en eau (75% à 80% contre 60% chez l’adulte) et car ils sont dépendants des adultes pour s’hydrater, les personnes âgées quant à elles retiennent moins bien l’eau et le sel et sont moins sensibles à la sensation de soif. De plus, certaines personnes âgées redoutent l’incontinence urinaire, ce qui les pousse à limiter leur consommation d’eau.

Si vous souffrez d’une maladie chronique, comme le diabète, vous serez également plus sujet à la déshydratation. D’autres maladies et certains traitements présentent des facteurs de risque de déshydratation, et notamment certaines maladies chroniques... Sans oublier les fortes chaleurs, la consommation d’alcool ou les épisodes de fièvre.

S’hydrater, pour ne pas avoir à se réhydrater

Savez-vous qu’il ne faut pas attendre d’avoir soif pour boire ? Pour une bonne hydratation, il faut boire tout au long de la journée, et par petites gorgées. Il est également essentiel de boire avant, pendant et après l’effort si vous faites du sport. N’hésitez pas non plus à vous mouiller et à vous ventiler. Sans oublier de manger en quantité suffisante, en privilégiant les aliments riches en eau : fruits, légumes et laitages, qui peuvent nous apporter jusqu’à 25% de nos besoins hydriques (contre 70 à 80% pour les boissons).

Veillez à ce que votre enfant ou proche âgé boive et se rafraîchisse plusieurs fois au cours de la journée même s’il n’a pas soif, surtout l’été. Un coup de fil ou une visite, même rapide, qui permettra de s’assurer que tout va bien, est aussi un geste de prévention.

Prévenir la déshydratation sévère

En cas de déshydratation légère ou modérée, boire une solution de réhydratation orale (SRO) qui contient des ions sodium, potassium, chlorure ainsi que des glucides permet de compenser la perte en sels minéraux.

Quand la réhydratation orale ne suffit pas

Lorsque la réhydratation orale n’est pas possible ou insuffisamment efficace, on peut avoir recours à la réhydratation par voie sous-cutanée ou intraveineuse (en situation d’urgence pour une réhydratation rapide). En fonction de la situation, elle sera pratiquée à domicile ou en établissement de soins.

B. Braun (in)forme les infirmières libérales

En prévision de l’été, B. Braun a formé une quarantaine d’infirmières libérales à Rouen en juin 2018 sur le thème « Réhydratation et prise en charge à domicile » avec l’antenne locale d’EXPERF, acteur de l’accompagnement des patients à domicile. L’objectif de cet atelier était d’accompagner les infirmières libérales aux changements de leurs pratiques en ville en matière de réhydratation par voie sous-cutanée, liées à l’hydratation en gravité et au respect de l’asepsie au domicile du patient.

Vous êtes infirmière libérale ? Avec les grosses chaleurs, la visite à domicile est aussi une bonne occasion de parler hydratation avec vos patients. N’hésitez pas à leur donner quelques conseils de prévention. Surtout si leurs proches sont en vacances.

Sources

La canicule d’août 2003, Institut National d’Études Démographiques, consulté en ligne le 4 juillet 2018 https://www.ined.fr/fr/tout-savoir-population/memos-demo/focus/la-canicule-d-aout-2003/
Deshydratation, dossier Ameli, Edition Juin 2018, consulté en ligne le 2 juillet 2018 (https://www.ameli.fr/assure/sante/urgence/pathologies/deshydratation)
Canicule et fortes chaleurs – Ministère des solidarités et de la Santé http://solidarites-sante.gouv.fr/sante-et-environnement/risques-climatiques/canicule
Cahiers de nutrition et de diététique (2009) 44, 190—197, Eric Jéquiera,( Université de Lausanne, avenue de Rochettaz 10, 1009 Pully, Suisse), Florence Constant (Nestlé Waters, Paris, France)

Découvrez tous les articles

  • B. Braun présente sa stratégie RSE à horizon 2023 et créée un programme d’actions pour la santé globale

    B. Braun présente sa stratégie RSE dont l’ambition est de continuer à faire d’elle une entreprise de santé citoyenne et responsable, capable de concilier pérennité économique et performance sociale, sociétale et environnementale. Son socle est constitué d’une charte de 4 piliers et 7 engagements, des objectifs chiffrés clairs, afin de préserver et d’améliorer durablement la santé de tous. Parmi les projets, B. Braun créée en France un tout nouveau programme : « AGIR pour la Santé Globale », qui combinera des actions dans les domaines du sport, de l’éducation et de l’environnement.

    Lire la suite
  • Troubles de la continence : la R&D au service des besoins des patients

    Concevoir un nouveau produit en urologie repose sur une démarche d’innovation, de recherche et d’amélioration continues. Laura Blocquel et Anthony Prezelin, respectivement chef de projet et technicien dans l’équipe R&D du site B. Braun de Nogent-le-Rotrou (Eure-et-Loir), nous éclairent sur leurs process et leurs apports pour améliorer le quotidien des patients souffrant de troubles de la continence.

    Lire la suite
  • Rétention urinaire traitement : les solutions évoquées par Jean-Nicolas Cornu chirurgien urologue

    Jean-Nicolas Cornu, chirurgien urologue au CHU de Rouen répond à nos questions autour des solutions et traitements pour la rétention urinaire. Il donne son avis sur les différents dispositifs médicaux et les perspectives de développement.

    Lire la suite
  • Troubles de la continence : le soutien émotionnel, la voie de l’acceptation

    Détecter un ou des troubles de la continence, qu’elles qu’en soient les causes, revient à annoncer à un patient qu’il va devoir adhérer à un protocole contraignant, quelquefois à vie. Cela a des répercussions à plusieurs niveaux : contraintes mécaniques, d’hygiène, d’environnement (intimité, vie sociale). Colette Garneau, psychopraticienne, accompagne quotidiennement les patients dans leur processus de deuil et de réparation pour « mieux vivre » une pathologie ou une situation de vie telle que les troubles de la continence.

    Lire la suite
  • Troubles de la continence : l’éducation thérapeutique pour l’autonomie du patient

    Angelina Cannesant est IDE stomathérapeute à l’hôpital Charles-Nicolle du CHU de Rouen depuis bientôt 22 ans. Son activité revêt plusieurs facettes : pour partie elle s’occupe des activités de la consultation urologique (explorations endoscopiques, soins spécifiques en urologie, et consultations d’annonce) tandis qu’elle assure trois jours par semaine les consultations de stomathérapie pour les patients devant bénéficier d’une stomie, principalement urinaire, en pré ou en postopératoire. Avec l’équipe d’infirmiers et d’infirmières du service, elle participe activement à l’éducation thérapeutique à l’auto-sondage urinaire. Rencontre.

    Lire la suite
Téléchargement du contenu...

Une erreur est survenue. Veuillez réessayer.